Juste après la vague – Sandrine Collette (Denoël)

Un raz-de-marée a avalé des villages entiers. Une famille est toujours debout, avec sa maison perchée tout en haut, mais plus pour longtemps, l’évidence est glaçante. Une famille nombreuse, avec une barque bien trop juste pour les contenir tous. A la croisée des genres, Sandrine Collette frappe encore une fois très fort avec un roman aussi oppressant qu’émouvant.

Il reste la poussière, de Sandrine Collette

Pour son quatrième roman, Sandrine Collette est époustouflante dans un huis clos en pleine cambrousse de Patagonie. Un roman familial noir, intense et qui assèche la gorge. Le roman s’ouvre sur une scène terrible, où nous rencontrons Rafael, le plus jeune des quatre garçons de « la mère », alors âgé de 4 ans, poursuivi comme chaque jour par ses grands frères, qui lancent des paris, à qui le choppera au passage du haut de son cheval, pour l’emmener valdinguer dans la poussière. Progressivement, nous intégrons « l’estancia », la ferme familiale, située en plein vent au cœur de la steppe.

Un vent de cendres – de Sandrine Collette

C’est le temps des vendanges. Cette année, Malo et Camille ont décidé de tenter l’aventure, rejoindre d’autres étudiants pour deux semaines, goûter à l’air de la Champagne, entre travail rude la journée et ambiance colonie de vacances le soir. Mais à l’arrivée, l’atmosphère est confuse. Les propriétaires des lieux sont peu loquaces et pas franchement engageants. Le couple que forment Andreas et Octave pose question. Quel lien les unit ? Pourquoi tant de mystères, d’isolement et de noirceur les entourent…

15 titres fraîchement sortis des presses qui rendent cet hiver palpitant

La rentrée d’hiver est souvent un peu plus palpitante que celle de septembre, plus intrigante, moins attendue, plus décomplexée, moins figée, plus simple peut-être. Et ce cru ne fait pas exception. Il y a pour ma part tant de titres qui affolent mes papilles oculaires qu’il m’a été bien difficile de n’en sélectionner qu’une quinzaine…

[Coulisses du blog] Revenir sur ce qu’on a écrit à travers l’article dont on est le plus fier

Cette semaine, pour les coulisses du blog, Mia nous met au défi de trouver l’article dont on est le plus fier en tant que blogueur. Je dis bien défi car il n’est pas évident d’être objectif vis à vis de son travail, et qui plus est sur près de 550 articles publiés, j’avoue ne pas avoir le courage de me lancer dans une rétrospective d’envergure…

Très belle année 2016 !

Très belle année à tous ! De chouettes moments pour 2016, de la satisfaction et de la désinvolture, de la simplicité, de la créativité, du mordant. Soyons solidaires, aventuriers, curieux et fous !
Et puis des piles de bouquins à n’en plus finir, du chamboulement, de l’émerveillement.
L’heure des résolutions que l’on ne tiendra pas et des lectures marquantes de 2015…