Bal de givre à New York (bis!)

Anna ouvre les yeux ; elle vient d’être renversée par une limousine. L’occupant de celle-ci, un beau jeune homme, héritier de la plus grande fortune de la ville, tombe sous le charme de la jeune fille.

Fabrice Colin écrirait-il à présent des romans de littérature sentimentale ? Il n’en est rien : l’eau de rose tourne très vite à l’acide.

Nous suivons donc les pas d’Anna, 17 ans, qui vit avec son majordome. Suite à l’accident inaugural, elle semble avoir perdu la mémoire. Elle se rappelle uniquement son nom et son adresse…

L’auteur transcende ici les genres en nous livrant un récit qui devient de plus en plus dense, et intriguant au fil des pages. Il crée une atmosphère d’étrangeté tantôt curieuse, tantôt inquiétante ; entre fantasy urbaine (Neil Gaiman ne semble pas très loin par moments) et fantastique, entre histoire d’amour et enquête, Fabrice Colin accroche son lecteur et l’emmène à un rythme de plus en plus soutenu : on n’a de cesse de tourner les pages pour connaître le dénouement de l’histoire.

Le style est très agréable. La lecture ne connaît pas d’entrave. Le vocabulaire est précis (pas de concession inutile de ce point de vue pour le jeune lectorat).

Anna est entourée de personnages marquants, souvent hors du commun, qui contribuent au mystère de l’histoire. La ville n’est pas un simple décor, une toile de fond, mais occupe une place importante dans le récit. L’auteur joue avec les connaissance et l’imagination du lecteur pour mieux le désorienter et le surprendre que ce soit avec le cliché du « prince charmant » ou avec l’image que l’on a de New-York. Déstabilisant, donc, pour notre plus grand plaisir!

Publié dans une collection pour adolescent, il serait dommage que ce seul critère dissuade des lecteurs plus matures. La narration à la première personne et la construction du récit correspondent à ce public puisqu’un jeune lecteur peut facilement les appréhender mais l’histoire et l’ambiance donnent à ce récit des allures de conte moderne, avec, par conséquent, une dimension universelle.

 

Un commentaire sur “Bal de givre à New York (bis!)

Laisser un commentaire