F – de Antonio Xerxenesky

Orson Welles est mort le 10 octobre 1985, à Hollywood. Et s’il avait été assassiné ?  Antonio Xerxenesky joue avec le réel dans cette œuvre de pure fiction remarquable.

Ana a 25 ans, elle est brésilienne émigrée à Los Angeles, elle est tueuse à gages et aujourd’hui chargée d’éliminer Orson Welles. Ça fait beaucoup pour une même personne et pourtant, la jeune femme vit tout cela avec beaucoup de naturel.
Débarquée dans le métier un peu par hasard, elle s’est rapidement faite remarquée pour la qualité de son travail. Elle envisage le meurtre comme une œuvre et donne ainsi un soin très particulier à ses contrats afin ses exécutions ressemblent à des morts naturelles, ce qui est toujours bon à prendre pour les commanditaires…
Pour l’heure, Ana n’est pas spécialement férue du cinéaste mais la tentation de l’exécution parfaite prend le dessus. Elle décide donc d’apprendre à le connaître par le biais de ses films et va jusqu’à Paris pour les visionner dans des salles de cinéma.

Si on commence le roman avec un journal un peu banal d’une jeune fille un brin hautaine dont on se demande si elle sait bien pourquoi elle fait ça, les personnages prennent progressivement de l’épaisseur, le scénario se dessine. Antonio Xerxenesky sait assurément où il va et où il veut nous emmener.

Nous sommes en 1985 et nous entrons totalement en immersion dans l’époque, notamment en matière de musique. Nous assistons à l’émergence de groupe comme Depeche Mode, Siouxie & the Banshees, Ian Curtis vient de se suicider en laissant en suspend de nombreux fans et admirateurs. C’est un roman qui est aussi très cinématographique, forcément, mais pas seulement, avec des références à Truffaut, Pasolini, Romero… J’ai pour ma part pas mal de lacunes dans le domaine, et avant de me plonger dans F, j’ai moi aussi visionné Citizen Kane. C’est une bonne entrée en matière, mais ce n’est absolument pas indispensable pour apprécier le bouquin, car c’est surtout un tremplin vers des réflexions plus larges sur le rapport aux individus, à la vie que l’on mène, aux choix que l’on fait. Et plus largement, une réflexion sur le cinéma, sur l’art, sur le statut d’œuvre. Il interroge les notions de vrai et de faux, il pose le doute et le roman entre en résonance avec un autre film documentaire d’Orson Welles, F for fake, la boucle est bouclée.

Et en toile de fond l’histoire du Brésil, la dictature, l’héritage laissé aux générations suivantes…

Antonio Xerxenesky est un jeune écrivain brésilien. Son premier livre Avaler du sable est sorti en 2008, il a également publié des textes dans des journaux. Il est considéré comme l’un des écrivains brésiliens les plus prometteurs de sa génération.  F a d’ailleurs été finaliste du prix São Paulo de littérature et fait partie de la sélection pour le Prix Médicis Etranger 2016.

F / Antonio Xerxenesky. Asphalte, Rentrée Littéraire 2016

Un grand merci aux éditions Asphalte pour cette découverte.

En prime la chronique vidéo réalisée par Libfly dans le cadre de La Voie des indés consacrée à la Rentrée littéraire 2016… avec un bout de Ça sent le book dedans…

 

Laisser un commentaire