Pussy Riot Grrrls – Manon Labry ( iXe)

Les Riot Grrrls, ou le féminisme radical, revendicatif, ont émergé dans le paysage musical des années 90 en puisant dans l’énergie et l’audace du punk et du DIY. Un courant qui s’est étoffé au fil du temps et perdure encore. Un essai truffé de références, qui donne un éclairage différent sur l’évolution du féminisme depuis 30 ans.

La petite souriante – Zidrou et Springer (Dupuis)

Pep est éleveur d’autruches et cette nuit il a décidé de zigouiller sa bonne femme. C’est justement ce qu’il est en train de faire quand la BD commence, ça gicle un peu d’ailleurs sous l’œil torve des volatiles. La descente est rude lorsqu’il se voit accueilli dans sa cuisine l’air de rien par sa défunte épouse. Ambiance poisseuse dans cette BD qui tient de la série Z et ravira les amateurs du genre.

Librairie Les Lisières (Roubaix et Croix, 59)

Les Lisières, c’est le genre de librairie où vous vous sentez tout de suite bien, et où vous avez envie de tout acheter. Une librairie généraliste de caractère qui met en valeur des thèmes qui tiennent à cœur les libraires, des sujets défendus au quotidien comme le zéro déchet. C’est aussi un lieu de proximité, un commerce de quartier dans toute sa splendeur, fortement impliqué dans le tissu local. Une librairie comme à la maison, avec un chat qui passe une tête et des conseils aux petits oignons. Une librairie souriante avec des libraires qui ont à cœur de partager leurs pépites, un lieu incontournable !

Les vivants au prix des morts – René Frégni (Gallimard)

Passer du calme de l’arrière-pays provençal au grand banditisme marseillais… c’est ce qui arrive à René, écrivain tranquille qui aime se perdre dans la contemplation des belles choses, lorsqu’il accepte de filer un coup de main à une vieille connaissance, tout juste évadée de prison. Des vivants au prix des morts, c’est une carte postale qui part en vrille, c’est la noirceur derrière le chant des cigales, la description du basculement.

15 titres fraîchement sortis des presses qui rendent cet hiver palpitant

La rentrée d’hiver est souvent un peu plus palpitante que celle de septembre, plus intrigante, moins attendue, plus décomplexée, moins figée, plus simple peut-être. Et ce cru ne fait pas exception. Il y a pour ma part tant de titres qui affolent mes papilles oculaires qu’il m’a été bien difficile de n’en sélectionner qu’une quinzaine…