Les Grrr – Clémence Sabbagh et Agathe Moreau (Le Diplodocus)

Un album où l’humeur ronchonne est personnifiée, donnant des scènes épiques où l’on croirait rassemblés toute une flopée de Jean-Pierre Bacri (ou d’enfants ce qui est d’ailleurs plus probable, et plus dans le thème). Bref, les Grrr ne sont jamais contents, ils grognent contre la météo, contre ce qu’il y […]

Polaris – Fabien Vehlmann et Gwen de Bonneval (Delcourt)

Enquête dans le cercle libertin très privé de Circé. Etonnante et efficace BD ambiance polar pimenté. Alors qu’elle enquête sur le meurtre d’une jeune femme, Jeanne, lieutenant de police, suit son flair dans le mystérieux cercle érotique de Circé. Elle y rencontre des adeptes discrets et aventureux, à l’affût d’une […]

Appelez-moi Nathan – Catherine Castro & Quentin Zuttion (Payot Graphic)

Lila ne s’est jamais franchement sentie fille. Pas même garçon manqué. Plutôt garçon tout court. Si pendant l’enfance, la différence ne se fait pas encore trop sentir, les choses se compliquent à l’adolescence, entre hormones et éveil et seins qui poussent, qui la mettent au pied du mur face à son identité. Car il ne s’agit pas juste de fuir les robes légères et de préférer le foot à la danse, Catherine Castro et Quentin Zuttion nous parlent bien de dysphorie de genre. Un très bel album à faire circuler.

Blankets – Craig Thompson (Casterman)

Dans cet épais récit autobiographique, Craig Thompson revient sur sa jeunesse avec son frère, son éducation très pieuse et son premier amour, brossant ainsi le tableau d’une jeunesse dans un coin paumé des Etats-Unis où la religion a tendance a s’imposer d’elle-même. Apprentissage, initiation, passion, émancipation, découvrez cette très chouette BD qui colle à la fois le sourire aux lèvres et des frissons dans le bide.

Le lion est mort ce soir – Eric Dodon (Beurre Salé)

A-wimboé, a-wimboé, a-wimboé, a-wimboé… Dans la jungle, terrible jungle, le lion est mort ce soir… Oui mais de quoi ? Eric Dodon imagine tout un tas de causes qui flirtent avec l’improbable ou le tiré par les cheveux, ce qui permet de se mettre à l’aise d’entrée, de se jouer de la mort et d’en rire sans pour autant s’en moquer. C’est simple, efficace, le dessin mordant, on chante et on célèbre ce lion qui, pour les besoins du livre, n’a visiblement pas eu peur du ridicule… Dès 4 ans et bien plus tard

Grise fiord – Gilles Stassart (Rouergue)

Le Grand Nord canadien comme on le lit rarement. Un roman noir, politique, ethnographique, intense. Un roman initiatique qui mue en voyage, abordant les questions de filiation, de croyances, les regrets, les quêtes personnelles. On y lit l’âpreté, la rudesse, la chaleur, et plus concrètement la chasse, la survie, les déplacements en traineaux, les meutes de chiens. Une histoire forte et dramatique, et nous convie à une exploration peu commune et magnifique dans le cercle arctique.

Simone au travail – David Turgeon (Le Quartanier)

« Le dessin, c’est une affaire d’oeil. Il faut tenir sa cible, et viser juste. Et puis, c’est connu, les tueurs aussi s’exercent d’abord sur le papier. » Etonnant roman fait d’art, d’énigmes et de multiples possibilités. Par la galerie d’art d’Alban Wouters, nous entrons dans la vie d’une poignée de personnages, tous plus ou moins à un moment de flottement de leurs vies, qu’il s’agisse de la fin d’une exposition, d’un temps de pause entre deux affaires, d’un amour flottant. David Turgeon investit ce temps d’attente, par lequel des relations vont se nouer, des dés se jeter…

Le rendez-vous iranien de Simone de Beauvoir – de Chahla Chafiq (iXe)

Passionnant essai sur la condition féminine en Iran. A partir d’une phrase de la députée islamiste Fatemah Alia énoncée en 2008, proclamant vouloir renommer une certaine rue Simone de Beauvoir à Téhéran, plongeant in-extremis dans une confusion digne des plus belles erreurs sur la personne, l’autrice saisit la symbolique de cette mémoire défaillante et accusatrice, et retrace les quarante dernières années de l’Iran à travers le prisme de la femme.

Hiver rouge – Anneli Furmark (Ça et là)

Les années 70 dans une petite ville du nord de la Suède. L’histoire d’amour clandestine entre un homme et une femme qui n’ont pas intérêt à ce que ça se sache. Une BD chorale qui explore en subtilité le couple et l’emprise des positionnements sur les vies, les choix, les interprétations. C’est tout le talent de l’autrice de décrire le point de vacillement. Une approche vraiment intéressante.

Le corps est une chimère – Wendy Delorme (Au Diable Vauvert)

Wendy Delorme est universitaire, performeuse, activiste féministe queer, écrivaine. Pour ce quatrième roman, elle aborde ce qu’elle connaît bien et défend quotidiennement, les questions d’identité, de genre, de féminin-masculin.  A travers une galerie de personnages, elle parle des minorités en leur donnant corps, pointant qu’elles ne sont en rien des exceptions.

Souvenirs de la mer assoupie – Shin’ya Komatsu (Imho)

Dans un décor qui ressemble fort aux Cyclades, aux maisons blanches bordées par la mer, nous suivons les aventures d’une petite jeune fille, déambulant au gré des rencontres, qui revêtent toujours une dimension fantaisiste et onirique. Des histoires courtes dans lesquelles on croise un voyageur en parapluie qui dompte le vent, un phare qui se déplace joyeusement dans la ville, la vie ordinaire sort de son cadre et le quotidien bascule dans l’imaginaire.

Podcast de matrimoine littéraire avec Les Parleuses

Dans ce premier podcast des Parleuses, Ian Larue raconte avec beaucoup de verve et d’élan l’autrice de SF féministe James Tiptree (1915-1936), et plus largement la condition féminine et féministe, recontextualisée au milieu du 20ème siècle, et en regard de la question du genre, malheureusement plus que jamais d’actualité. Très instructif et captivant ! A découvrir !

Géant et le fâcheux rendez-vous – Rune Ryberb (Les Aventuriers de l’Etrange)

Ozzy et sa copine Donna pique-niquent tranquillement dans la forêt lorsqu’un monstre aux mille yeux s’invite, gobe la jeune fille et laisse le cher et tendre comme deux ronds de flans. Il va devoir mettre ses habituels costumes de trouillard et de souffre-douleurs au vestiaire, et tâcher de valoir son habituel sobriquet, Géant, pour tenter de sauver sa peau, celle de sa belle, voire même faire ami-ami avec des monstres dégoulinants.

Sudestada – Juan Saez Valiente (M. Lafon)

Buenos Aires. Lorsqu’un détective privé un peu véreux se retrouve à enquêter sur une chorégraphe de ballets, il ne s’attend pas à ce que sa vie en soit chamboulée à ce point, et va se surprendre à plus de délicatesse et de sensibilité qu’il ne l’aurait imaginé. Nous sommes à […]

Avec Bastien – Mathieu Riboulet (Verdier)

L’histoire de Bastien, garçon de la campagne épris de Nicolas parti trop tôt, et qui va toute sa vie combler ce manque par l’exploration des corps, l’histoire d’un enfant qui grandit, d’un adolescent devenu adulte, d’un garçon conscient de sa différence, de son attirance pour le même sexe, de sa force de caractère à assumer ses choix, de ses questionnements sur l’identité et la notion de genre. Très fort, très dur et très beau.