Les reflets changeants – Aude Mermilliod (Le Lombard)

Pour les amateur(trice)s de tranches de vie et destins croisés. Dans le sud de la France, Elsa, 22 ans, n’arrive pas à se défaire d’une relation amoureuse qui n’en fini pas de faire des nœuds. Un peu plus loin, Jean n’arrive pas à trouver sa place dans une vie de père de famille – conducteur de train alors qu’il s’imagine encore voguer en pleine mer. Quant à Emile, sourd depuis un traumatisme durant la guerre d’Algérie, il cherche l’échappatoire qui le soulagera d’un silence devenu trop pesant.

C’est à moi ! – Anuska Allepuz (Mango)

Des éléphants vivent tranquillement dans la jungle à savourer leurs fruits favoris, mangues pour l’un, noix de coco pour l’autre, kiwis, bananes ou encore ananas, jusqu’au jour où ils lèvent la tête un peu plus haut que d’habitude et se prennent d’envie pour un magnifique fruit perché inconnu de leurs papilles. Une trame simple et efficace, un album qui respire le soleil et les fruits exotiques, des personnages tout en rondeurs joyeuses, un cocktail fruité à partager dès 2-3 ans.

L’été circulaire – Marion Brunet (Albin Michel)

Un été dans le sud de la France, la chaleur écrasante qui se profile comme chaque année, les va et vient des ados qui se coulent dans l’insouciance des vacances. Sauf Céline, qui cette année, est enceinte. A 15 ans, ça fait jaser, forcément. Encore un texte fort et remuant de Marion Brunet, qui décidément, décrit avec une grande justesse les remous de la société et les angles morts des chemins pris.

Raoul : T’aurais pu prévenir avant de partir… – Michel Van Zeveren (Ecole des loisirs)

Raoul, c’est une série qui raconte la vie par ses petits bouts, le quotidien, les petites choses comme le passage aux toilettes ou les dessins animés et les grands événements, comme l’arrivée de la petite sœur ou comme ici, en fil rouge, le décès du Papipa. Un album très doux, tendre et plein d’humour, avec tous les mots d’enfants que cela suppose. Une série à ne pas manquer.

La lumière de la nuit – de Keigo Higashino (Actes sud)

Osaka dans les années 70. Un prêteurs sur gage est retrouvé assassiné dans un immeuble désaffecté. Une femme est retrouvée asphyxiée au gaz chez elle. Les correspondances entre les affaires restent floues, les enquêtes piétinent, mais l’inspecteur Sasagaki n’est pas près à lâcher le morceau. Epais roman bluffant qui dépeint la société japonaise sur une vingtaine d’années, des années 70 aux années 90. Un polar puzzle foisonnant et captivant.

Bondrée – de Andrée A. Michaud (Rivages)

Eté 67. Les vacanciers ont investi les chalets qui bordent le lac Boundary Pound, au sud du Québec, un îlot de verdure aux allures de réserve naturelle entre lac, bois et montagnes. Un genre de communauté saisonnière s’est formé au fil des années, les barbecues s’animent, les jeunes se retrouvent, expérimentent, profitent de la liberté estivale. Jusqu’au jour où Zaza Mulligan est retrouvée morte près d’un piège à renard. Coup de cœur pour ce roman noir épais, brumeux, enveloppant et non dénué d’humour. A découvrir !

Crache trois fois – Davide Reviati (Ici Même)

Un village italien, des gamins qui ont poussé au gré de leurs trouvailles, sont devenus une bande de potes qui ont tout partagé ou presque. Et Loretta, la fille de gitans, qui n’est jamais loin mais pas tout à fait là, qui intrigue et fout la trouille, et dont on se moque pour mieux se protéger. Davide Reviati signe un roman graphique très fort, navigant entre récit d’apprentissage et histoire du peuple rom, dans lequel il passe au peigne fin le rapport à la différence et le racisme ordinaire qui en découle trop souvent.

Sondage : Ça sent le book médite

Le blog a un peu plus de 6 ans et je suis en plein brainstorming sur la suite à donner, tant dans le fond que dans la forme. Les choses ne changeront peut-être finalement pas mais la réflexion est en cours. Aussi je vous mets à contribution, histoire d’en savoir un peu plus sur ce que vous recherchez lors de vos pérégrinations littéraires, et satisfaire au passage ma curiosité.
Un grand merci pour vos avis.

Les larmes du seigneur afghan – Campi, Zabu, Bourgaux (Dupuis)

Immersion dans le conflit afghan. En 2010, la reporter Pascale Bourgaux se rend une fois de plus en Afghanistan, dans un village au nord du pays où elle a tissé des relations depuis une dizaine d’années, dont une précieuse avec un seigneur de guerre. Elle constate avec sidération que malgré l’assise du bonhomme, le terrain est à deux doigts de se faire récupérer par les talibans. Une BD documentaire instructive. Une bonne entrée en matière pour aborder les conflits au Moyen-Orient et toute la difficulté d’y remédier.

Herberto – Laura Hawthorne (La petite salamandre)

Herberto la limace décide de se bouger les fesses le jour où il n’y a plus rien à se mettre sous la dent dans le coin de potager qu’il occupe avec quelques compères. Il part à l’assaut du potager en quête de salades goûteuses et rencontre en chemin d’autres animaux et insectes. Herberto est éblouis par le travail de chacun et se sent tout piteux de ne pas exceller lui aussi dans un art. Mais tout est affaire de point de vue, et le papillon va peut-être bien lui faire voir les choses autrement. Un album nature très sympa à partager dès 2-3 ans.

Pussy Riot Grrrls – Manon Labry ( iXe)

Les Riot Grrrls, ou le féminisme radical, revendicatif, ont émergé dans le paysage musical des années 90 en puisant dans l’énergie et l’audace du punk et du DIY. Un courant qui s’est étoffé au fil du temps et perdure encore. Un essai truffé de références, qui donne un éclairage différent sur l’évolution du féminisme depuis 30 ans.