Petit beignet rond et doré

Une louche de pâte est versée dans l’huile bouillante, donnant naissance à un petit beignet qui n’a aucune envie d’être dévoré par le garçonnet qui lorgne dessus, ni par le chaton maigrichon, ni par le dindon fanfaron, ni par… Bref, il veut voir du pays alors il roule, vite vite vite…

Nous avons là une histoire qui roule toute seule, un conte détourné à mi-chemin entre roule-galette, le bonhomme de pain d’épice et autres histoires de petit pain qui se fait la malle.
Lorsque l’on connaît la voix de la conteuse Praline Gay-Para, le texte prend la couleur de son accent à la patate chaude (et si vous l’avez jamais écoutée, foncez, c’est un pur moment de délice).

Un texte fait pour être dit dans ce conte de randonnée bien rythmé, avec redite et accumulation, ce qui fonctionne toujours très bien. Les illustrations de Rémi Saillard sont très sympas, contrastées, avec des couleurs vives, expressives

Je ne le dirais jamais assez, avec les éditions Didier jeunesse, vous pouvez y aller les yeux fermés. Une maison qui nous gâte en sortant du placard contes et comptines classiques, les dépoussière et leur donne une touche de modernité tout en s’attachant à conserver l’essence des contes et la tradition orale qui s’y rattache.

Dès 2 ans jusqu’à bien plus tard

Petit beignet rond et doré / Praline Gay-Para, illustrations Rémi Saillard. Editions Didier jeunesse, 2013
(Challenge Je lis aussi des albums #06)

Laisser un commentaire