Porcelaine d’Estelle Faye

Chine, IIIème siècle, un village reculé dans les montagnes. Xiao Chen, un adolescent, a besoin de bois sec pour son père qui fabrique des objets en porcelaine. Il entre alors dans un bois sacré et pour avoir profaner cette terre, il sera affublé d’un faciès de tigre. Il lui faut alors fuir sa communauté montagnarde. Il rejoint une troupe de théâtre, et fait la connaissance de Pieds de Cendre et de Brume de rivière. Bien plus tard, il rencontrera Li Mei, la tisseuse. Des êtres qui bouleverseront le cours de sa longue existence…

Construit en trois parties, ce roman se déroule sur 1500 ans d’histoire chinoise mais ne couvre pas l’ensemble de cette période : un bon temporel a lieu entre le IIIème siècle et le XVIIIème siècle. Ainsi, Estelle Faye nous propose trois instantanés d’un monde en marche, un monde dont la mage disparaît peu à peu.

Ce récit, à la croisée de la légende et du récit de fantasy, possède une aura intemporelle bien qu’il soit paradoxalement ancré dans l’Histoire ; l’utilisation du présent de l’indicatif renforce cette impression, tout comme l’ambiance très onirique de certains passages. Les images poétiques se succèdent, ainsi que les émotions, exprimées dans une langue simple mais jamais simpliste.

Le récit est riche en rebondissements, en aventures, et s’il se déroule de façon assez linéaire, le bon temporel entre la première et la deuxième partie, crée une rupture et fait naître beaucoup de questions chez le lecteur : le monde a changé, nos personnages aussi et on les redécouvre, marqués par le temps ; ce sont eux, mais ils sont autres.

Enfin, le roman nous montre différents visages de l’amour : les relations entre les protagonistes sont traités avec beaucoup de subtilité, une grande force de ce roman.

Une très belle découverte ! 

NB : la très belle illustration de couverture est signée Amandine Labarre qui a obtenu pour celle-ci le prix Imginales 2013  de l’luustration de fantasy. L’auteur m’a confié lors d’un salon que cette couverture correspondait exactement à ce qu’elle avait imaginé pour ces personnages et elle ne connaissait pas encore Amandine Labarre !

NB bis : Les moutons électriques ont encore frappé : encore une très belle oeuvre éditée et un très bel objet-livre !

estelle-faye-porcelaine

 

Ce livre a été chroniqué dans le cadre du challenge Winter Mythic Fiction initié par Lhisbei du RSFblog

91800431

 

 

 

 

 

3 commentaires sur “Porcelaine d’Estelle Faye

Laisser un commentaire