Rhapsodie en bleu – Andrea Serio (Futuropolis)

Des répercussions du régime de Mussolini sur le peuple juif, du comment les projets s’effondrent d’un claquement de langue, de la volonté de rester maître de son avenir. Andrea Serio adapte le roman Ci sarebbe bastato de Silvia Cuttin, et porte en bleu l’histoire de cette famille juive italienne, de ces trois cousins frappés par la dictature crasse. Le bleu des souvenirs estivaux, du large qui s’ouvre comme échappatoire, de la ligne d’horizon qui marque le retour.

En 1938 sur une plage de Croatie, l’été coule légèrement pour les cousins Goldstein. Le retour à Trieste va bientôt se faire pour la famille italienne, les cours reprendre, les projets continuer de se dessiner. Sauf que le roi Victor-Emmanuel III annonce que les juifs n’auront plus accès à l’enseignement. Une prise de position excluante et glaçante qui marque l’entrée de l’Italie déjà fasciste sous le régime nazi marqué par le rapprochement entre Mussolini et Hitler. Les Goldstein s’organisent, certains s’exilent chez une tante aux Etats-Unis, d’autres iront combattre. 

«À dater du jour du 15 octobre 1938, Victor Emmanuel III, par la grâce de Dieu et par la volonté de la nation, roi d’Italie, empereur d’Éthiopie, ayant entendu le Conseil des ministres, décrète que tous les enseignants de race juive seront suspendus de leur service, et ne pourront être inscrits les élèves de race juive.
Sont considérées comme de race juive les personnes nées de parents tous deux de race juive, quand bien même elles professeraient une autre religion que la religion juive…»

Une BD adaptée d’un roman lui-même inspiré de vies réelles, qui s’étend de 1938 à 1945, avec de nombreuses ellipses et un format puzzle qui s’assemble progressivement. Andrea Serio a pris le parti de l’atmosphère, la douceur de vivre qui se cogne aux sales nouvelles, la tentative d’un nouveau départ qui s’emmêle avec les souvenirs et ce qui se joue au-delà, politiquement. Nous assistons ainsi aux moments de flottements, aux doutes, aux pauses déterminantes, avec un dessin au pastel qui fait la part belle aux paysages, aux lignes d’horizon, aux gestes et aux instants.

Une BD belle et sensible, qui replace et en dit long sur un contexte historique dramatique bien connu, par le biais humain plutôt que documentaire.

Rhapsodie en bleu
Andrea Serio
adapté d’un roman de Silvia Cuttin
Futuropolis
2020
128 pages

Cette semaine, rendez-vous est pris chez Stephie
Découvrez-y d’autres idées BD !

 

11 commentaires sur “Rhapsodie en bleu – Andrea Serio (Futuropolis)”

Répondre à gambadou Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.