Close-Up – de Michel Quint

Vendredi 13. Deadline dramatique pour le promoteur immobilier Bruno Carteret. Ses jours sont comptés, résultats de magouilles et argent pas si bien placé, confiances envolées et superstitions dévoilées. 
Miranda, la cabaresque magicienne et ses tours de voyance qui croquent s’il en était besoin un Bruno amoché. Des tours de passe-passe auxquels on pourrait croire tellement ils sont bien faits. En tout cas Bruno y croit et se réfugie auprès de Miranda pour une couverture en cartes à jouer. Miranda, qui exhibe son close-up au Quolibet. Le Quolibet et ses mites de cabaret, sa fine équipe solidaire et solitaire, avec Jacquy en Monsieur Loyal, Bric et Broc les clowns tristes, ou encore Nelly qui s’effeuille sous des yeux conquis et alcoolisés.

Michel Quint prête son écriture imagée et tourneboulée aux jeux de la collection Vendredi 13 des éditions La Branche. 13 auteurs pour 13 romans, 13 intrigues, articulées autour du fatidique vendredi 13. Jean-Bernard Pouy, Michel Quint, Pierre Bordage, Brigitte Aubert, Olivier Maulin, Pia Petersen, Jean-Marie Laclavetine, Pierre Pelot, Alain Mabanckou ont déjà fourni leur copie. 
Une sélection d’auteurs de choix qui entraînent leurs personnages sous le signe de la chance, ou pas.
Avec Close-Up, Michel Quint choisit une fois encore Lille, mais plus que ça encore « son » Lille, son atmosphère, ses ruelles et ses saltimbanques, avec sa langue bien à lui. Une ville de Lille pas du tout « terroir » mais sous un regard fabuleusement noir et mordant. Les mots, les sons, les sens, qui s’articulent de façon fascinante. 
De la poésie argotique pour ces personnages que tout oppose, entre manipulation et cartomancie.  

Le piano joue en sourdine, à peine depuis une demie-seconde, une demoiselle glisse de son tabouret devant le comptoir, vient à vous, bras tendu, main ouverte, vous pouvez en lire les lignes ou la saisir cette main et plier la taille de la demoiselle à danser cette mélodie. Elle n’a pas trente ans, rousse moussue à nez en trompette de soubrette chez Marivaux, des yeux verts confiants à pas croire, un sourire rien que pour vous, elle porte une jaquette d’habit fermée par un seul bouton sous les seins, vous devinez l’effet, et des bas résille. Oui, physiquement c’est une patisserie crémeuse, avec une tombée de cassonade dessus. Tandis qu’elle s’approche, son bras pivote, embrasse la petite salle écarlate aux banquettes rembourrées le long des murs, les six guéridons devant la courte estrade basse où le sourire du tendre pianiste montre des dents avec la même alternance blanc-noir que sur son clavier… Déjà vous devinez qu’elle vous réserve la meilleure table, presque sur les genoux du doux musicien. Les petites lampes ont des abat-jour roses, les chaises sont noires, vous êtes le seul client dites-vous, et la demoiselle dit : le premier de la soirée, je m’appelle Nelly, nous avons un excellent champagne. Mais vous demandez une bière, pression s’il vous plaît, ce qui la ravit tout également.


Close-Up – de Michel Quint. Editions La Branche. Collection Vendredi 13. 2011
Challenge Thrillers et polars chez Liliba (4/12)

6 commentaires sur “Close-Up – de Michel Quint”

    1. Très bon bouquin tu peux y aller !
      Question : comment es-tu arrivée ici ? Le changement d’adresse du blog ne date que d’hier et je ne l’ai annoncé nulle part…

Répondre à liliba Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.