Les feuilles mortes – de Thomas H. Cook

«L’illusion, c’est qu’une journée normale annonce un lendemain normal.»

Un soir, Keith Moore garde la fille des voisins. Au matin, la fillette a disparu. Les soupçons se tournent rapidement vers l’adolescent. L’enquête piétine et l’enfant reste introuvable.

On pourrait penser à une énième histoire d’enlèvement. La force de celui-ci, c’est que cette affaire tragique est prétexte à Thomas H. Cook de disséquer une cellule familiale dans un cas de grave accusation.

Il va même plus loin en se focalisant sur le père, Eric Moore, qui se retrouve cerné par des questionnements inévitables et les doutes légitimes. Malgré le soutien sans faille pour son fils, la suspicion s’installe, face à cet adolescent qui a grandit trop vite et qu’il connaît finalement si peu.
On suit ainsi l’introspection de cet homme qui cherche à démêler le vrai du faux, se retrouve confronté à sa propre histoire, déterrant des secrets enfouis mêlant amertume, mélancolie et colère.

Peut-on soutenir son enfant à tout prix ? Jusqu’où la confiance peut-elle aller ?

Thomas H. Cook dissèque, tout en nuance, une affaire délicate, entre la pression de l’enquête et le tempérament taciturne d’un ado pas très adroit, et pose subtilement le cadre d’une famille au bord de l’implosion.

Un thriller familial et social, angoissant et bluffant.

« Le soupçon est un acide. Il ronge tout ce qu’il touche. Il s’attaque à la surface des choses en y laissant une marque indélébile. »

Les feuilles mortes / Thomas H. Cook. Gallimard (série noire). 2008. 275p.
Existe aussi en poche chez Folio
(Challenge Thrillers et Polars #06)

feuilles-morteschallenge thrillers polars

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.