La maison que Pierre a bâtie

Chez MeMo, ils aiment les beaux papiers, les vieilles histoires qui ne prennent pas tellement de rides, qui se transmettent, les histoires qui semblent venir de très loin, d’il y a bien longtemps, celles que l’on a oubliées, ou que l’on ne se souvient plus très bien, surtout celles-là finalement, pour pouvoir nous les faire découvrir à nouveau, et susciter peut-être le même émerveillement qu’à l’époque. Ils ont ainsi réédité les albums de Maurice Sendak, des contes classiques dans leur jus, et des histoires d’antan qui raviront les amateurs de vintage.

La maison que Pierre a bâtie est tirée d’une chansonnette populaire britannique The house that Jack built, que l’on connaît davantage en France sous la forme d’un conte de randonnée avec ses multiples accumulations de personnages reliés entre-eux par des actions, avec le petit côté cruel et impertinent typique des contes traditionnels.

Cette version-ci nous vient des Etats-Unis du début du 20eme siècle, lorsque la pédagogue et conteuse Sarah Cone Bryant choisit de donner des clés aux éducateurs en publiant un livre rempli de conseils et de textes à lire aux enfants. Les éditions Nathan ont ensuite édité plusieurs extraits de son livre sous forme d’albums pour la jeunesse, dont celui-ci, édité en France pour la première fois en 1946.

C’est un album très riche, à lire, scander ou chantonner, avec des jeux de langages, de sons, de mémoire, au fil de cette farandole populaire qui se met en place. Les illustrations de Simone Ohl, d’époque également, sont très vives, les couleurs sont chatoyantes même, dans un dessin qui se concentre sur l’action. La typographie du texte fait partie intégrante de l’album également, avec une écriture très ronde, enfantine, qui prend d’abord ses aises avant de rétrécir à mesure de l’accumulation.

A partager dès 1 an ou 2 ans pour les jeux de sonorités, jusqu’à 5-6 ans pour le conte en lui-même, et bien plus tard pour la beauté de l’objet.

La maison que Pierre a bâtie / d’après Miss Sarah Cone Bryant, illustré par Simone Ohl. MeMo, 2014
(Challenge Je lis aussi des albums #11)

Enregistrer

Laisser un commentaire