Choucroute maudite – de Rita Falk (Mirobole)

Il n’est pas mis au placard le commissaire Franz Eberhofer, mais pas loin. On l’a renvoyé dans ses pénates, ça lui apprendra à trop la ramener. Terminées les affaires citadines de Munich, désormais il va devoir jouer au flic rural dans son bled d’origine quelque part en Bavière. L’avantage, c’est qu’il peut rentrer manger le midi chez la Mémé et que sa choucroute est fameuse.

Avec son chien Louis II, il tâte le terrain dans la boucherie de son copain Simmerl, il va boire une bière chez Wolfi, il tente de se rendre indispensable auprès de la nouvelle célibataire du coin, et il tente de débroussailler les disparitions louches, surtout quand il s’agit des membres d’une même famille, il doit bien y avoir un os quelque part.

« Je finis par trouver tous mes trucs et retourne à la voiture. Évidemment, j’ai laissé les clés sur le contact puisque la Mémé restait dedans. Et il s’avère que c’est une idée à la con : la Mémé s’est endormie et impossible d’ouvrir les portières. Elle a dû activer la fermeture centralisée pour ne pas qu’on la vole. Quand on connaît la Mémé, on sait qu’il n’y a rien à faire. Ni taper aux vitres, ni crier. Attendre est la seule solution. Alors je tourne autour de la voiture avec le chariot à cause du froid. Je ne veux pas trop m’éloigner (j’aurais pu aller boire un café au bistrot de chez Obi, mais non, parce que la Mémé aurait très bien pu se réveiller un court instant durant mon absence). Donc, pendant deux heures et demie, je fais le tour de la voiture avec mon chariot. Le gars de la sécurité vient me voir et demande si j’ai besoin d’aide. Je lui montre ma carte de police et déclare que je travaille sous couverture. Il me dit que je ne suis pas très discret. Et je lui conseille de disparaître parce qu’il est le seul à se faire remarquer.
Bon, la Mémé finit quand même par se réveiller. Elle ouvre la portière. Dehors, il fait déjà noir comme dans un four et en me voyant elle hurle : « Bon sang de bonsoir ! Qu’est-ce que tu as fabriqué là-dedans si longtemps ? »
Doux Jésus ! »

Si vous cherchez un polar léger et décalé, vous pouvez y aller les yeux fermés. Mais ne vous attendez pas à des tas de rebondissements car, même si l’enquête est bien ficelée, ici nous sommes dans du polar tranquille, où l’on prend le temps de siroter sa bière et de digérer le ragout qui leste le bide. Un roman d’ambiance, dans lequel vous connaîtrez bientôt tout le quartier, reconnaîtrez les chiens avant de voir leurs propriétaires, et serez au courant de toutes les promos du moment.

Ce roman a fait un carton en Allemagne, bon, le roman est pas mal mais pas phénoménal non plus, un peu lent, pas très vif. Choucroute maudite est un roman à hauteur de son titre, un roman à prendre au 36eme degré, avec un commissaire Eberhofer sympathique, très placide et un poil flemmard. Rita Falk pratique dans son roman un humour loufoque qui tire à la fois sur la chronique sociale et le feuilleton gastronomique. D’ailleurs, elle nous livre au passage quelques recettes de la Mémé, histoire de rester dans l’ambiance en inscrivant au menu du week-end des quenelles de pommes de terre, palets de viande ou strudels aux pommes. 

Mirobole a le don pour dénicher des pépites en littérature étrangère, des textes qui dénotent, des auteurs qui sortent des sentiers battus. Fouillez leur catalogue et laissez vous surprendre.

Lu dans le cadre de l’opération Masse critique. Merci à Babelio et Mirobole pour cette lecture divertissante.

Choucroute maudite / Rita Falk. Mirobole, 2016

Et cette lecture est un coup triple puisqu’elle s’inscrit aussi dans 2 challenges, le Petit bac de Enna en remplissant la ligne « Aliment », et le challenge gourmand Des livres en cuisine organisé par Ma petite médiathèque.

4 commentaires sur “Choucroute maudite – de Rita Falk (Mirobole)

  1. une lecture qui a l’air bien sympa 🙂
    ça me fait un peu penser au polar qui se déroule à Angoulême et avec j’ai aussi participé au challenge des livres en cuisine, il y a plus de bouffe que de suspens 😀

Laisser un commentaire