Un rideau d’arbres

Libercourt. Cité minière du Pas-de-Calais. Nous nous aventurons dans la cité 1940. Elle a bien changé depuis sa construction. La fermeture des mines est passée par là, l’autoroute du Nord aussi. Pourtant son histoire et les souvenirs persistent. Les habitants portent sa mémoire.Dans cette cité, le photographe Richard Barony a mené une résidence entre les mois d’août 2010 et 2011. Des terrils, des maisons de briques, des façades décrépites, les anciens de Libercourt, la génération nouvelle et un rideau d’arbres. Comme un lien entre passé et présent la forêt se hisse, impressionnante et réconfortante.

Richard Baron donne à voir des plans larges, des portraits, du détail, comme pour tenter de percevoir finement la sève qui coule dans les veines de Libercourt. Il photographie puis il envoie régulièrement des séries de photos à Olivier de Solminihac qui, de son côté, sans jamais venir sur place, tisse ses histoires. Dix textes imaginés à partir d’une réalité photographiée.

Un beau livre agréable à parcourir et intéressant à découvrir, même si je n’ai pas toujours vu le lien entre les textes et les photos et n’ai pas été spécialement portée par ces entractes littéraires. Dans ce genre de livre, j’aurais sans doute préféré du documentaire pur. Il s’agit bien sûr d’un avis tout à fait personnel et comme chacun sait, la sensibilité est une affaire de subjectivité.

LightMotiv revisite la région Nord-Pas-de-Calais, jouant de la question du territoire avec la volonté palpable de relier le texte à l’image.
Encore une fois nous avons là un riche travail éditorial, une maquette soignée, du grand format, du papier épais et une évidente recherche de mise en valeur des travaux des deux artistes.

Une maison d’édition à découvrir et à soutenir.


Un rideau d’arbres – photographies Richard Baron, textes Olivier de Solminihac. Editions Light Motiv. 2012

 

Livre lu dans le cadre de l’opération « Un éditeur se livre » proposée par Libfly
Un grand merci à Light Motiv pour ce partenariat.
Les autres titres à découvrir : Terrils, Marin, et Balise, la suite sur leur catalogue.




Laisser un commentaire