Articles sponsorisés – tout l’art de transformer un pétard mouillé en graal

Cette semaine pour les #CoulissesDuBlog, nous allons soulever l’épineux sujet des articles sponsorisés, tout l’art de mettre de l’argent et de la pub là où l’on pouvait s’en passer.

De quoi parle-t-on exactement ?

Un article sponsorisé, c’est un article que l’on va publier sur son blog en échange d’une rémunération. Il ne s’agit pas d’un partenariat (service presse) où le blogueur reçoit un produit en échange d’un article / review / chronique. Un article sponsorisé c’est bel et bien de la pub. Les marques cherchent à atteindre leur cible et qui plus est à moindre coût. Car s’il y a bien rémunération, elle est dérisoire face au coût d’un publi-rédactionnel dans la presse ou tout autre support publicitaire…

Pourquoi ça ressemble au graal ?

Car être choisi c’est se voir considéré comme influent, car mine de rien, un peu d’argent facile pourquoi se priver ? Il existe sans doute d’autres raisons, je veux bien en débattre…

Pourquoi ça m’énerve

Vous l’aurez compris, je ne suis pas franchement portée sur la chose. Et autant dire que ça m’énerve un chouïa même. Car au risque d’être naïve ou terre-à-terre, bloguer est censé être avant tout un passe-temps. Je ne pense pas être de nature rabat-joie, encore moins bisousours, mais je n’en peux plus de voir notre société basculer presque exclusivement dans le marchand : on ne prête plus, on loue, on ne blogue plus gratos pour partager, discuter, échanger, on se fait payer pour.

On croise sur la toile de plus en plus de « blogueurs professionnels » et en librairie de bouquins qui fourmillent d’infos pour le devenir, et ça peut faire rêver bien sûr. Etre rémunéré pour quelque chose que l’on pourrait faire gratuitement, pourquoi pas ? Sauf qu’un blog, à la base, c’est un site, donc une vitrine, qu’elle soit perso ou pro. Les marques, les entreprises, les artistes peuvent avoir un blog pour présenter, échanger, poser. Le blog peut ainsi servir de tremplin, pour se faire connaître, nouer des contacts, faire son trou et peut-être vivre de son talent, quel qu’il soit et c’est plutôt chouette.

Mais la mode est au coaching, et le coaching vend du rêve aussi. Alors on monte un blog pour aider, encourager, pour refaire sa déco, élever ses enfants. Bosser de chez soi, vivre de sa passion, s’imaginer influent dans son domaine (on en revient au graal), ça m’interpelle (que l’on puisse imaginer sincèrement que ça puisse être possible à long terme, de cette façon j’entends) mais soit, pourquoi pas. Sauf que ce n’est pas si simple alors on grappille là où on peut et l’on vous vend un ebook qui vous aidera à faire fortune ou à perdre un tour de taille en un clin d’oeil comme la voyante qui vous promet l’amour sous 7 jours. Mais ce n’est pas le sujet. Car ce qui me sidère le plus, c’est quand ça ne repose que sur du vent, et c’est bien le propos des articles sponsorisés.

Je peux comprendre l’intérêt de monétiser son blog, avec des liens affiliés, des encarts publicitaires, pour couvrir certains frais liés à la maintenance du serveur notamment, mais accepter de céder son espace perso aux sirènes publicitaires…

La pub est déjà partout mais il faut en ajouter encore sur les blogs, et maquillée s’il vous plaît. Certaines marques livrent même l’article clé en main aux blogueurs – pour leur faciliter la tâche – entendre pour mieux contrôler ce qui sera dit. Et lorsque la rédaction est libre, il y a souvent de nombreuses contraintes, des liens à faire apparaître à tel endroit, des mots en gras à un autre, des infos précises à transmettre. Le blogueur pourrait s’imaginer journaliste alors qu’il ne s’agit que de la transmission d’un communiqué de presse. Je ne nie pas l’implication et la sincérité des blogueurs qui le pratiquent, en reformulant pour mettre leur ton et leur bagou personnel. D’ailleurs, les marques ne demandent pas mieux, s’incruster ni vu ni connu comme si on en parlait à un ami autour d’un café, et j’ai l’amère impression que l’on fait finalement tout pour les inviter plus souvent qu’à leur tour.

Je montre les dents mais je suis ouverte au débat (si si), curieuse même (vraiment). Alors, qu’en dites-vous, qu’en pensez-vous ? A vous l’antenne.

« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »

Enregistrer

7 commentaires sur “Articles sponsorisés – tout l’art de transformer un pétard mouillé en graal

  1. Alors, je suis à mille lieues d’être assez influente pour qu’on me propose un article sponsorisé… Mais si un jour ça arrivait, je pense que je pourrais accepter à deux conditions: que je sois libre d’écrire ce que je veux comme je veux, et que je puisse indiquer clairement aux lecteurs qu’il s’agit d’un article sponsorisé. Après en tant que lectrice, j’avoue que si je vois quelque part qu’un article est sponsorisé, je vais clairement être méfiante par rapport au contenu. Donc difficile à trancher…

    1. Moi non plus je ne suis pas assez influente pour avoir ce genre de proposition. En revanche il existe des plateformes où l’on peut s’inscrire pour y accéder. Je te rejoins sur la démarche, si je suis libre de dire librement ce que je pense, pourquoi pas, mais il me semble dans ce cas qu’il s’agisse davantage de partenariat. Lorsque le client paye, généralement il impose un certain nombre de choses, ce qui est normal après tout.

  2. Idem, difficile de trancher. En temps que lectrice (puisque je ne tiens pas de blog), une fois que j’ai lu l’article/chronique et que je découvre tout en bas, article sponsorisé, ça m’enlève un truc. J’ai comme une pointe de déception (suspicion ?). Si c’est écrit dès le début, j’ai tendance à ne pas lire… et en même temps je sais que ça prend beaucoup de temps d’écrire et tenir un blog donc ce n’est pas honteux de se faire un peu rémunérer…Bref, du beurre dans les épinards pourquoi pas mais la plaquette entière, non !

    1. Difficile de trancher… c’est clair… la rémunération ne le pose pas de problème, au contraire, si j’avais moyen de me faire un peu de thunes en bloguant je ne cracherais pas dessus. Mais diffuser un communiqué de presse en faisant croire que c’est un avis perso ça me pose question. Mais tous les sponsors ne sont peut être pas si rigides, je me souviens avoir lu des articles sponsorisés qui émettaient des réserves sur le produit dans ce cas, why not.

  3. Comme toi, les articles sponsorisés et le système marchand me posent problème mais j’en lis très rarement car ils concernent surtout la mode ou les cosmétiques et je n’en lis quasiment pas. Quand j’ai débuté mon blog, je ne savais même pas que certains étaient des professionnels, étaient rémunérés pour certains articles etc. #Naïve. Pour moi bloguer est un loisir et je préfère payer mes livres ou mes voyages, les choisir et écrire librement. Un blog coûte de l’argent ? Oui, mais comme tous les loisirs : on paye bien son abonnement à une salle de sport ou au cinéma, ses cours de yoga ou de cuisine etc. Quant aux SP, j’ai reçu une fois une demande, j’ai beaucoup hésité car je n’aime pas qu’on me « force » à lire un truc que je n’aurais jamais acheté. J’ai fini par répondre que j’étais d’accord parce que c’était un livre sur le Japon et que c’est tout à fait dans ma « ligne éditoriale » (je mets des guillemets car je trouve l’expression un peu prétentieuse pour un simple blog) à condition que j’écrive librement dessus. Eh bien on ne m’a plus jamais donné signe de vie ! Ça m’a bien fait rire !
    Pour les blogs pro, bien sûr c’est différent mais je crois qu’aujourd’hui, avec le nombre de blogs qui naissent tous les jours, il est illusoire de croire qu’on pourra en vivre, à moins d’avoir une niche ultra spécialisée, un sacré réseau, un travail de dingue… et de la chance.

    1. Nous avons le même point de vue et j’aime bien ta comparaison avec les autres loisirs qui, pour le coup, est très parlante. Ceci dit je fais quand même bien la différence entre les articles sponsorisés et les partenariats, même si pour certains objets, les marques savent d’avance que l’article sera élogieux. Je pense notamment aux super marques de fringues, jouets, cuisine, etc. Pour un livre, c’est loin d’être gagné d’avance, l’éditeur et l’auteur prennent le « risque » (toute proportion gardée hein ;-)) que le lecteur n’aime pas ou moyennement. En revanche, les ambassadeurs Sylvanians family, on se doute que tous les articles seront élogieux, et à juste titre, après tout, pourquoi pas, que ce soit eux ou des chroniqueurs pro qui ne s’en préoccupent pas plus que ça… Mais pour en revenir aux SP livres, puisque ce sont ceux que je reçois parfois, je les choisis toujours, sur des listes babelio, libfly ou autre. Parfois, un éditeur me contacte (je ne demande rien) mais je n’accepte que si je suis tentée. ça me permet aussi de sortir des sentiers battus, ce que j’apprécie déjà en général. A bientôt

      1. Oui, je suis tout à fait d’accord avec toi sur le fait que les SP sont assez différents et que la critique du livre peut être très mauvaise. Et comme tu dis, ça permet de découvrir des choses vers lesquelles on ne serait pas forcément allé. Bon dimanche 🙂

Laisser un commentaire