Chronique du 115 : une histoire du samu social (Steinkis)

En 1993, Xavier Emmanuelli fondait le SAMU social de Paris. En 2015, Aude Massot décide de raconter le 115 en BD, l’occasion de revenir sur la carrière professionnelle et politique du monsieur et sur le contexte dans lequel s’est formé cette association d’aide aux plus démunis.

Aude Massot nous fait part de ses interrogations et de son cheminement tout au long de la BD. Elle se documente beaucoup au sujet de l’exclusion, s’appuie sur des propos sociologiques et ethnologiques et représente ainsi l’exclusion selon quatre angles, le corps, la notion de temps, la notion d’espace, le rapport aux autres. Certaines planches sont très instructives et incitent à creuser le sujet. Une bibliographie propose d’ailleurs quelques pistes.Elle décrit également la situation actuelle, les différences entre les personnes exclues (les sans-abris, sans domicile fixe, sans toit stable, migrants), son expérience du terrain avec les maraudes de nuit et en journée, elle croque quelques portraits, l’accompagnement au quotidien, le respect, le droit à l’intégrité, et puis les limites, qu’elles soient fixées par ceux qui sont sur le carreau ou de façon globale et concrète par la société.

Il n’y a pas de parti pris, pas de pathos, nous sommes dans du documentaire pur jus, on regrettera d’ailleurs un peu le côté un peu « exposé ». Le dessin en noir et blanc renforce cette distanciation. Aude Massot s’attache à décrire les différentes arcanes d’une organisation qui a su s’imposer au fil des années et son application au quotidien, avec les médiateurs, les infirmiers, les assistants sociaux. Instructif et nécessaire.

Chronique du 115 : une histoire du samu social / Aude Massot. Steinkis, 2017

D’autres idées BD chez Moka

 

21 commentaires sur “Chronique du 115 : une histoire du samu social (Steinkis)

Laisser un commentaire