De la nécessité de savoir où l’on va – et s’imaginer un instant parfait blogueur

Cette semaine, pour les #CoulissesDuBlog, Mia invite ceux qui le souhaitent à s’interroger sur la notion de blogueur parfait… La question est retord tant la notion même de blogueur est multiple… et la perfection peut être variable d’un blogueur à l’autre, d’un lecteur à l’autre. Comment juge-t-on la perfection ? Parfait pour qui au fait ? Pour soi, celui qui lit ou selon des règles implicitement induites ? Si le blog reste un loisir, sans contrainte hiérarchique, que gagne-t-on à être parfait ?

Retour à la case départ

Pourquoi blogue-t-on ? Un article a déjà été rédigé la-dessus, mais la racine de ce billet se niche sans doute là. S’agit-il de passer le temps, de s’exercer à l’écriture, de construire quelque chose, d’animer un site, d’échanger, de partager, de se faire valoir, de nouer des relations, de récolter des partenariats, de trouver un boulot ? Nous ne bloguons pas de la même manière en fonction de nos raisons de le faire.

Savoir où est le cadre pour mieux en sortir

Savoir où l’on va permet de poser un cadre. Pour autant, ne peut-on pas en sortir ? Je tiens un blog de bouquins, pendant un moment je postais également des images, pourquoi ne pourrais-je pas poster une recette de cuisine de temps en temps ? Je ne souhaite pour ma part pas tout mélanger. Mais je détourne. Si j’ai envie de causer cuisine, je chronique un bouquin de recettes et j’en partage une. Si je veux aborder des questions de parentalité, ça reste lié au livre ou à la médiation culturelle. A terme, j’aimerais parler de jeux de société, ça ne me semble pas encore trop éloigné du sujet initial, on reste dans le bien culturel…

Pas mal de blogueurs règlent la question en ajoutant « lifestyle » à leur spécialité, s’il y en a une. Ça leur permet de parler déco, mode, créativité, voiture, vacances, en plus de leur sujet de base, qu’il s’agisse de bouquin, cuisine, sport, voyage… Après tout, un blog, c’est un journal, pourquoi ne pas tout mélanger, si tant est que l’on soit sûr de ne pas perdre son lecteur en route… Sortir du « cadre », proposer autre chose peut être intéressant et permettre de découvrir encore et toujours. En revanche, lire un article sur un mascara génialissime sur un blog de photo par exemple, je ne vois pas bien l’intérêt.

Je pense que la marge de manœuvre peut-être large, mais poser des jalons permet de garder une cohérence nécessaire. Si le blog est un journal intime, un journal de trouvaille, un journal de vie c’est différent. Mais si un thème central a pris racine, il faut donner du sens à tout ça.

Un minimum de tenue

C’est un peu comme une maison. S’il y a deux ou trois moutons sous l’armoire, un peu de poussière sur les meubles, ce n’est pas bien grave. Mais on retire les miettes de la table et on serre le café dans des tasses propres… Sur un blog, le design c’est personnel. On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a, parfois on n’aime pas trop ça où on n’y connaît pas grand chose. L’essentiel à mon sens, c’est de rester lisible, avec une typo assez simple (certaines polices d’écriture sont insupportables à lire), des couleurs pas trop agressives ou clinquantes (histoire que le lecteur ne voie pas sa vue baisser à chaque visite), pas de pub ou très soft (quand ça clignote de partout, c’est franchement pénible), éviter les fautes, le langage sms.

Tirer des plans sur la comète, ça fiche le tournis quand même

Dans l’idéal, un blogueur parfait devrait être hyper organisé, pour poster des articles de façon régulière notamment, avec du contenu ou qui posent de vraies questions (j’admire cependant le talent de certains à produire du vide). Il devrait avoir une charte rédactionnelle, une identité graphique. Il devrait être honnête avec son lectorat, respectueux, tolérant, accueillant, pas médisant (comme dans la phrase précédente), s’ouvrir au dialogue. Il ne devrait pas chercher la célébrité à tout prix, la palme du blogueur influent, s’enivrer des partenariats et sponsoring à outrance… Pour certains, il faudrait des tonnes de followers, d’abonnés, de commentaires, être présent partout tout le temps (oh joie des réseaux sociaux qui se démultiplient)… quand je vous dit que la perfection c’est finalement très personnel…

Alors restons simple

Ne soyons pas naïf, beaucoup d’entre nous font ça sur leur temps perso, pour le plaisir ou en guise de loisir, et la perfection peut être si ennuyeuse. Essayons déjà de rester simple, un peu fou, curieux et fringant, ce sera déjà bien. 

Et vous, qu’attendez-vous d’un blogueur ? Ou si vous êtes blogueur, quels principes sont à vos yeux essentiels ?

— — —

« Cet article fait partie de l’événement interblogueurs #CoulissesDuBlog créé par Mia, du blog Trucs de Blogueuse. Chaque semaine, je publie un article où je vous donne les dessous de mon blog.

Pour lire les autres participations, allez sur ce lien : https://www.trucsdeblogueuse.com/blogueur-parfait-coulissesdublog-13/

Vous pouvez également participer à cet événement, voici les conditions : http://www.trucsdeblogueuse.com/evenement-coulisses-du-blog-2017 »

 

Enregistrer

2 commentaires sur “De la nécessité de savoir où l’on va – et s’imaginer un instant parfait blogueur

  1. ce terme influent qui vt tout dire et rien dire
    mais j adore ta concluion : rester simple, un peu fou, curieux et fringant
    tu m as vite cernée dis moi
    simple c est moi

Laisser un commentaire