Journal d’Adam & journal d’Eve – de Mark Twain (L’œil d’or)

Mark Twain a été militaire, imprimeur, journaliste puis écrivain, avec notamment les succès que l’on connaît Les aventures de Tom Sawyer et de Huckleberry Finn. Dans ces écrits, il a souvent démontré un regard satirique sur la société et certain humour. Autant dire que cette ébauche de Genèse revisitée n’y fait pas entorse.

« DIMANCHE
Tenu bon, mais ç’a été dur. Voilà un jour qui finira par devenir de plus en plus éprouvant. En novembre dernier, on l’avait sélectionné et séparé des autres jours en le déclarant jour de repos. Auparavant, des jours de repos, j’en avais déjà six par semaine. Et ce matin, voilà-t-y pas que la nouvelle créature essayait de gauler à coups de mottes de terre des pommes de l’arbre interdit. »

Dans ce court texte, l’auteur pose un regard amusé sur la Création en mettant en scène le premier couple de l’humanité à travers leurs journaux intimes respectifs.

On découvre d’abord un Adam un peu évaporé aspirant à une tranquillité oisive, vite agacé par celle qu’il prend pour un nouvel animal. Car Eve éprouve une soif de connaissance et compte bien organiser tout ce monde qui les entoure. Quand Adam décrit les désagréments qu’il rencontre, son agacement, sa quête de tranquillité et de silence face à une Eve trop bavarde à son goût, Eve s’amuse ou se désole de ce manque de curiosité et d’intérêt et s’interroge sur la façon de l’associer davantage à ses découvertes.

« Je crois que c’est un homme. Je n’en avais encore jamais vu, mais ça y ressemblait fort, et je suis sûre dene pas me tromper. Je me rends compte qu’il pique ma curiosité bien plus qu’aucun autre reptile. Si c’est bien un reptile, comme je le suppose ; ça ressemble à un reptile en tout cas, avec des cheveux négligés et des yeux bleus. Ça n’a pas de hanches, c’est taillé en pointe, on dirait une carotte ; et quand ça se redresse, ça s’étire de partout, on dirait un derrick ; alors je pense qu’il s’agit bien d’un reptile, mais ça pourrait aussi être un élément d’architecture. »

Mark Twain revisite ainsi avec beaucoup d’humour et de dérision les chapitres notoires des premiers pas de l’humanité, comme la découverte d’Abel et Caïn trouvés dans la forêt et qu’Adam confond d’abord avec les poissons…

Le journal d’Adam a été publié pour la première fois en 1893, le journal d’Eve en 1905, réunis par la suite pour les rééditions successives. Pour cette édition, L’œil d’or y a ajouté les très à-propos gravures de l’artiste lilloise Sarah d’Haeyer.

Prenez une pause dans ce jardin d’Eden que vous ne verrez plus jamais comme avant avec ce conte philosophique plein d’humour qui n’a pas pris une ride. On s’étonne même de la modernité du texte, qui interroge à la fois la société et la morale, et la sphère plus intime avec les rapports homme-femme, la rencontre, l’apprivoisement et la notion de couple. Et l’on comprend une fois de plus ce qui démarque les grands auteurs.

Journal d’Adam & journal d’Eve. Mark Twain. L’œil d’or, 2004

Lu dans le cadre de La voie des indés, en partenariat avec Libfly et L’oeil d’or.
 
Et ça participe aussi au challenge Petit Bac de Enna pour la catégorie PERSONNE CELEBRE.

2 commentaires sur “Journal d’Adam & journal d’Eve – de Mark Twain (L’œil d’or)

Laisser un commentaire