La Vache et le TGV

Premier jour du Printemps des poètes
Pour la peine, un petit poème ! 

Dans un pré de Franche-Comté
entre Motey et Champagney
une vache aimait un TGV.
Elle était folle de son corps élancé
de ses yeux étonnés de son nez allongé.

Deux fois par jour il passait comme un éclair
10h15 – 17h26
il respectait l’horaire
et la vache meuglait d’amour
à chaque aller-retour.Un jour le TGV l’aperçut
et son moteur en fut ému.
En plein champ il s’arrêta
vers lui elle galopa
et sur le nez du TGV
la vache déposa
un doux baiser.

Il n’est jamais reparti
le TGV Besançon-Paris.
A tout jamais il est resté
dans un pré de Franche-Comté
entre Motey et Champagney
et désormais on peut l’affirmer :
Parfois l’amour fait dérailler.

Poème de Bernard Friot, extrait de son recueil Je t’aime, je t’aime, je t’aime. Milan. 2007
 

2 commentaires sur “La Vache et le TGV

Laisser un commentaire