Le lézard lubrique de Melancholy Cove – Christopher Moore

Melancholy Cove. Une station balnéaire pas spécialement palpitante quelque part sur la côte californienne. Jusqu’au jour où un monstre marin vieux de 500 ans se réveille d’un long sommeil, l’estomac vide et les hormones en feu. Et lorsqu’il croise le joueur de blues qui a tué son fils 40 ans plus tôt, autant dire que ça le rend d’humeur particulièrement maussade et revancharde. Saura-t-il trouver le réconfort auprès de Molly Michon, ex-actrice de série Z, qui décide de le prénommer Steve et de le planquer tant bien que mal dans le terrain de camping ?

Hasard du calendrier ou lien étroit avec cette réapparition, tout part en vrille dans la bourgade. Après le suicide d’une de ses patientes, la psy du coin préfère ne délivrer que des placebos, de mèche avec le pharmacien local qui fantasme sur les dauphins. Là encore, y aurait-il un lien avec tous ces habitants empêtrés dans une libido déconcertante ? Quand aux rats, ils se sont tous fait la malle sans demander leur reste…
ça fait beaucoup pour Théo, le flic habituellement davantage préoccupé par ses plants de marijuana que par le maintien de l’ordre…

Vous l’aurez compris, il s’agit d’un roman complètement délirant. Christopher Moore s’en donne à cœur joie dans un univers où tout est possible, le réel basculant très naturellement dans le fantastique loufoque. Il use d’un cynisme à toute épreuve et d’une écriture imagée qui contribue sans doute au tour de force de ne jamais tomber dans le graveleux. Un roman très distrayant avec lequel on ne s’ennuie pas une minute ! On referme le livre le sourire aux lèvres avec la certitude qu’on filera sans tarder découvrir les autres romans de l’auteur !

NB. Un roman paru dans une collection polar mais qui n’en est pas franchement un. Allez dire d’ailleurs à quelle catégorie il appartient… En revanche il peut plaire à un large public, amateurs de littérature contemporaine, de polar, de science-fiction, de fantastique, pourvu que les situations complètement azimutées vous ravissent. Laissez-vous tenter…

« Bien après que la nuit fut tombée, à travers le trou dans le rideau, Molly zieutait toujours la caravane qui avait englouti le gamin. Le principal problème, quand on est catalogué barjo, se dit-elle, c’est qu’on ne ressent pas toujours les choses comme une givrée. Il arrive même qu’on connaisse des plages de grande sérénité mentale, notamment au moment où un dragon en forme de caravane décide de venir s’installer sur l’emplacement voisin du vôtre. Cela ne signifiait pas pour autant que Molly se sentait prête à sortir et à crier sur les toits ce qu’elle avait vu, car que vous soyez cinglé ou non, il est des trucs que personne ne croira jamais. Alors, elle épiait, toujours vêtue de son costume de Kendra, dans l’espoir de voir débarquer quelqu’un qui remarquerait quelque chose d’anormal. Et à huit heures, quelqu’un arriva. »

Le lézard lubrique de Melancholy Cove / Christopher Moore. Gallimard « Série noire » (2002)
Existe en poche chez Folio policier

lezardlubrique

Un commentaire sur “Le lézard lubrique de Melancholy Cove – Christopher Moore

Laisser un commentaire