Snjor – de Ragnar Jonasson (La Martinière)

Du scandinave pur jus qui nous emmène dans un coin d’Islande, territoire encore pas tellement exploité en littérature.

Nous sommes à Siglufjördur, ville la plus au nord de l’Islande, d’où est également originaire l’auteur, un village de pêcheur que l’on atteint par un tunnel dans la montagne, c’est dire si c’est bien desservi. Ari Thor sort tout juste de l’école de police et s’y voit proposer un poste. Il quitte donc Reykjavik, le cœur un peu pincé par le choix de sa copine de ne pas le suivre dans ce coin paumé, et découvre une petite ville très (trop) tranquille, presque figée dans la neige. Pas évident pour lui de s’intégrer dans cette communauté où tout le monde a ses habitudes et se connaît, à tel point que personne ne ferme sa maison à clef. Les journées sont bien ronronnantes jusqu’à ce qu’un mort interpelle le jeune flic et le fasse douter du caractère à priori accidentel. D’ailleurs les langues ne tardent pas à se délier.

Ragnar Jonasson signe un huis clos à la fois claustrophobique, paranoïaque et soft, avec un petit air d’Agatha Christie qui n’est pas un hasard puisque l’auteur a entreprit la traduction de la romancière en islandais alors qu’il n’avait que 17 ans… Nous sommes donc dans un style d’enquête assez léger, j’entends par là par très noir comme parfois avec les scandinaves, avec une construction assez classique où il puise sans doute son efficacité. Mensonges, faux semblants et secrets tiennent le lecteur dans cette enquête qui avance à petits pas tout en se révélant prenante et addictive.

Plusieurs enquêtes de Ari Thor sont déjà parues, et une deuxième vient d’être traduite en France, Mörk, genre de cluedo sur fond de psychiatrie, assez engageant lui aussi.

Snjor / Ragnar Jonasson. La Martinière, 2016
Paru en poche chez Points

2 commentaires sur “Snjor – de Ragnar Jonasson (La Martinière)

  1. J’ai bien envie de le lire celui là. On ne peut pas dire que la simplicité soit le propre des auteurs scandinaves donc bon argument de lecture

Laisser un commentaire