Sur les ossements des morts – Olga Tokarczuk (Libretto)

Plongée dans un coin de forêt polonaise en bord de Tchéquie, plutôt tranquille jusqu’à ce qu’un type soit retrouvé mort, puis deux, puis… Des disparitions qui restent énigmatiques et devant lesquelles les enquêteurs piétinent. Janina Doucheyko, en bonne voisine qui passe volontiers pour la vieille allumée de service avec ses prédictions astrologiques et son tempérament bien trempé, soulève similitudes et curiosités naturelles, imaginant une vengeance orchestrée par les animaux.

« A peine sortis de la maison, nous avons été saisis par cet air glacé et humide qui, hiver après hiver, nous rappelle que le monde n’a pas été créé pour l’homme et nous démontre durant une bonne partie de l’année à quel point il nous est hostile. Le froid nous mordit brutalement les joues, tandis que des nuées blanches s’échappaient de nos lèvres. La lumière du perron s’était éteinte automatiquement et nous avancions à travers une neige crissante, dans le noir complet, exception faite de la lampe frontale de Matoga, qui trouait les ténèbres d’un petit point mobile, progressant juste devant lui. Moi, je trottais derrière, dans la pénombre. « 

Un roman d’atmosphère où l’on prend place aux côtés de cette femme touchante à l’intransigeance étonnante. Nous sommes entre le conte, le roman noir, voire la fable écologique. Olga Tokarczuk mélange les cartes et croise les combinaisons de façon inattendue et réjouissante.

Vraiment une belle expérience de lecture, où j’ai pu retrouver quelques similitudes avec Les enfants verts (court texte que je vous invite à découvrir également, à la fois fantasque, politique et écologique), dans son regard, son rapport aux événements, la puissance de la nature vis-à-vis de l’humain.

« Un pays est à l’image de ses animaux. De la protection qu’on leur accorde. Si les gens ont un comportement bestial envers les animaux, aucune démocratie ne pourra leur venir en aide. Pas plus qu’autre chose d’ailleurs. »

Sur les ossements des morts
Olga Tokaczuk
Libretto
2010
281 pages

6 commentaires sur “Sur les ossements des morts – Olga Tokarczuk (Libretto)”

  1. C’est avec ce titre que j’ai découvert Olga Tokarczuk, et j’en avais beaucoup aimé l’ambiance et l’originalité. Je te conseille si tu souhaites poursuivre le très beau « Dieu, le temps, les hommes et les anges ».

  2. Je viens de le lire également. Évidemment j’adhère complètement au côté militant de la cause animale. D’ailleurs les arguments exposés sont d’un grand classicisme en la matière. Mais effectivement ce qui fait de ce livre un grand livre à mon sens c’est toute la mythologie qui est véhiculée à travers ce qui passe pour un folklore astrologique. Mais comme tu le dis les cartes sont habilement brouillées. Pour la suite des vacances je garde Les livres de Jakob sous le coude, je m’en délecte d’avance. C’est vraiment un autrice hyper intéressante.

    1. Purée tu en parles bien ! Je vais également continuer à fouiller sa biblio, car à chaque fois c’est comme un petit événement dans mes pérégrinations littéraires.

    1. Avant son prix, je la connaissais par Les enfants verts que j’avais déjà beaucoup aimé, et alors celui-ci vraiment, beau coup de cœur, je vais continuer sur ma lancée !

Répondre à Alice Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.