La ferme aux poupées – Wojciech Chmielarz (Agullo)

Ambiance polonaise avec un polar bien senti, trépidant, efficace, qui montre une fois de plus que les éditions Agullo ont du nez pour dénichez des auteurs et des textes qui en ont dans le ventre. Une affaire tendance dossier pédophile qui se mue progressivement en meurtres en série complexe. On découvre la Pologne par la petite porte, les individus, la condition tsigane, avec des personnages bien campés et un scénario bien ficelé.

Médée – Euripide

Médée, figure tragique par essence, passionnée, entière et à l’instinct vengeur sans détour. Un personnage complexe et fascinant, aux prises avec sa condition de femme, avec son époque, ses moeurs, ses contradictions, chavirée par la frustration, l’impuissance et l’injustice, et qui cède à une folie destructrice et rageuse et ravageuse.

Lysistrata – Aristophane

En -411, dans la cité d’Athènes, Aristophane se frotte à la domination masculine, avec cette pièce truculente et grivoise, où les femmes ont décidé de faire la grève du sexe pour faire revenir leurs hommes au bercail, les enjoindre de cesser cette guerre qui sévit dans le Péloponnèse. Si vous souhaitez retenter la littérature antique en faisant un pied de nez à vos (mauvais) souvenirs, cette pièce est pour vous !

Le Maître et Marguerite – Mikhaïl Boulgakov

Dans Le Maître et Marguerite, Boulgakov revisite le mythe de Faust en faisant déambuler le Diable dans Moscou, sous les traits d’un Wolang prestidigitateur ès magie noire qui n’en finit pas de semer le trouble à travers la ville, avec dans son sillage ses acolytes démoniaques Koroviev, Azazel, ou Béhémot, un chat presque humain et tout aussi amateur de cognac. Leur venue renverse les codes, fait tomber les têtes, octroie à certains un petit séjour à l’hôpital psychiatrique, vide les caisses, enfumant tous ceux qu’y s’y frottent de près ou de loin. Un texte tourbillonnant, impressionnant et magnifique.

Une fête pour Boris – Thomas Bernhard (L’Arche)

Absurderie, culs-de-jatte et causticité dans une pièce qui vaut son pesant de cacahuètes. Une Bonne dame cul-de-jatte revêche, organise une fête d’anniversaire pour son tout récent époux, choisi à l’hospice. Les choses sont loin d’être simples entre changements d’avis intempestifs, insatisfaction permanente et humeur massacrante, et ce n’est certainement pas sa dame de compagnie qui dira le contraire, d’une patience absolue qui n’en pense pas moins. La fête sera millimétrée, battra son plein et tournera au vinaigre, avec des situations où tout est possible et où le grotesque flirte avec le sarcasme et le jubilatoire.

L’île du docteur Moreau – H.G. Wells

Avoir entre les mains le pouvoir de modifier la vie, de la façonner et de l’expérimenter est une tentation ancienne, récurrente et qui n’a pas pris une ride, et H.G. Wells avait su mettre le doigt au coeur même de ce qui fait qu’un individu franchira la limite ou pas, et comment lorsqu’elle l’est, toutes les barrières éthiques sautent irrémédiablement.

Un jardin de sable – Earl Thompson (Monsieur Toussaint Louverture)

Roman paru en 1970 aux Etats-Unis, best-seller subversif qui dépeint sans détour les laissés-pour-compte. L’Amérique des années 20-30, la Grande Dépression post crise de 1929, les années Roosevelt, les résidus de la Prohibition et de l’esclavage, sous le regard et le phrasé de Earl Thompson sont acides, empreints d’un réalisme tragique. Gros coup de coeur !

Le jardin – Hye-Young Pyun (Rivages)

Après un accident de la route, un homme se retrouve paralysé. A sa sortie du coma, il est pris en charge par sa belle-mère, qui a perdu sa fille dans l’accident. Ogui se retrouve face à cette femme avec qui il n’a jamais eu de véritable interaction, et qui a également beaucoup perdu dans cet accident. Douleur partagée, proximité imposée, intimité bafouée, la belle-mère se montre de moins en moins chaleureuse au fil des jours, et curieusement très investie dans des travaux de jardinage impliquant notamment un énorme trou… Un roman d’atmosphère à lire d’une traite.

2666 – Roberto Bolaño (Folio)

2666 est un roman rare et précieux dont les dimensions en font un édifice gigantesque, une cathédrale que l’on n’en finit pas d’admirer et dans laquelle il est si bon de se perdre.

Roberto Bolaño, poète et écrivain chilien, est mort en 2003 juste après avoir livré 2666 à son éditeur, dans une version qu’il estimait proche de l’achèvement.

Qu’est ce qui se cache derrière ce titre en forme d’énigme apocalyptique ?

Solénoïde – Mircea Cartarescu (Noir sur Blanc)

Un roman génial, labyrinthique, angoissant, exaltant, qui interroge la folie et la réalité pour aboutir à des rêves métaphysiques.
C’est LE roman de 2019, ce Solénoïde qui nous parvient en cette rentrée , traduction de l’auteur roumain Mircea Cartarescu, et publié aux éditions Noir sur Blanc. Attention, c’est un pavé, il compte quand même 800 pages. Et c’est le genre de livre exigeant qui nécessite de prendre une petite semaine de RTT pour explorer ses profondeurs et reprendre son souffle une fois revenu à la surface.

Entre ciel et terre – Jon Kalman Stefansson (Gallimard)

L’an dernier, Jon Kalman Stefansson faisait une entrée très remarquée dans mon paysage littéraire avec le fabuleux et renversant Asta. Ici, retour en arrière avec Entre ciel et terre, son premier roman, et également premier volume d’une trilogie. Un récit qui vibre de la poigne des pêcheurs en mer, de ceux qui naviguent sans prendre la peine de savoir nager, et quand bien même, à quoi bon, l’eau est si froide qu’elle vous cueille sans détour. Un roman d’atmosphère enivrant et incroyablement fort.

Simone au travail – David Turgeon (Le Quartanier)

« Le dessin, c’est une affaire d’oeil. Il faut tenir sa cible, et viser juste. Et puis, c’est connu, les tueurs aussi s’exercent d’abord sur le papier. » Etonnant roman fait d’art, d’énigmes et de multiples possibilités. Par la galerie d’art d’Alban Wouters, nous entrons dans la vie d’une poignée de personnages, tous plus ou moins à un moment de flottement de leurs vies, qu’il s’agisse de la fin d’une exposition, d’un temps de pause entre deux affaires, d’un amour flottant. David Turgeon investit ce temps d’attente, par lequel des relations vont se nouer, des dés se jeter…

Billy le menteur – de Keith Waterhouse (Editions du Typhon)

Dans une petite ville du Yorkshire, Billy Fisher ment à ne plus savoir comment il s’appelle. Jeune homme plein de contradictions, qui aime être pénard tout en se mettant dans des situations inextricables, plein de projets et d’envies tout en faisant preuve d’une incroyable force d’inertie, il incarne une époque sans le savoir, portant beaucoup plus de symboles qu’il ne pourrait l’imaginer. Du pur british working-class à (re)découvrir.