The Four Roses – par Baru et Jano

En fouillant dans le grenier d’une tante récemment décédée, Jérémie et son frangin Gilou dénichent un vieux Teppaz et un 45t des années 50 de Johnny Jano. Les premières notes leur font froid dans le dos, du bon vieux rockabilly pour les cueillir par surprise. Car ils s’y connaissent les deux loulous. Jérémie n’est plus ni moins que King Automatic, celui qui sillonne les routes de France (voire même de Pologne) et écume les bars et salles perdues pour que perdure le rock’n’roll !  Et puis ils remarquent un mot à l’attention d’une certaine Rose, et une adresse en Louisiane. Il n’en faut pas plus pour qu’ils quittent leur Meuse profonde à l’assaut des Etats-Unis, sur les traces de celle qu’ils supposent être leur grand-mère, disparue il y a bien longtemps dans des circonstances qui restent obscures.

Je connaissais Baru pour son dessin reconnaissable, dans L’enragé notamment (excellente BD qui trace le parcours d’un jeune tout en fougue et en excès en quête de reconnaissance et d’argent facile dans le milieu de la boxe pro), ou plus récemment dans l’adaptation du roman de Vautrin, Canicule. Ici il s’attèle au scénario et se contente de crayonner quelques pages en guise d’intro pour laisser les crayons à Jano, qui fait ici son grand retour après dix ans d’absence. Les familiers de Métal Hurlant retrouveront avec plaisir sa pâte caractéristique et ses personnages au profil animalier aux regards de malice et tronches rat-iboisées. Ici il s’éclate à placer des ambiances, il croque les rues du bayou avec justesse, ça swingue à tout va et les cases tremblent au son des guitares.

Le scénario est peut-être un brin simpliste, un peu court aussi (à peine entré dans le récit que l’issue se profile), le dessin un brin caricatural mais l’ensemble est bien efficace. Le but est finalement surtout prétexte aux deux fondus de musique de se retrouver et se faire plaisir avec cette histoire de potes, de secret de famille et de rock’n’roll. Ça fonctionne bien et on se laisse volontiers porter dans ce road trip fringant et endiablé.

L’édition est particulièrement soignée (toujours très agréable chez Futuropolis), et cerise sur le gâteau, un 45t est ajouté dans les volumes de la première édition de la BD !)

Laisser une oreille

The Four Roses / Jano & Baru. Futuropolis. 2015

Un grand merci à Babelio et aux éditions Futuropolis pour cette chouette lecture.

Laisser un commentaire