Manesh de Stefan Platteau

Premier roman, premier tome d’une trilogie que l’on peut qualifier d’ambitieuse, Manesh n’a pas déçu mes attentes, qui étaient pourtant élevées. Pour quelles raisons étaient-elles si élevées :

1- l’auteur est édité pour la première fois, et il l’est chez les Moutons électriques (à l’instar de Jean-Philippe Jaworski ou Estelle Faye…)

2- il est justement comparé à JP Jaworski : les chroniques de ce blog (ici, ici ou ) vous montreront quelle place il tient dans mon paysage littéraire.

3- J’avais rencontré l’auteur en avril à la librairie des 4 chemins : intéressant et sympathique, il parlait très bien de son livre et j’avais vraiment envie d’aimer son roman !

Manesh vous plonge dans un univers qui pourrait, au premier abord, s’apparenter à un monde médiéval fantastique occidental mais qui, très vite, montre des aspects qui ne sont pas issus de notre tradition médiévale européenne ; l’auteur ne se situe pas ici dans une reconstitution fidèle d’un âge passé mais dans la construction d’un univers autre dans lequel les influences d’Europe du Nord mais aussi indiennes entre autres se font jour dans un syncrétisme très intéressant : relation au Fleuve, toponymie, géographie, légendes…

Manesh, c’est le nom d’un des personnages principaux de ce roman. Retrouvé à demi brisé et inconscient, dérivant sur le Framar, il est sauvé par l’équipage d’une des deux grandes gabarres qui remontent le fleuve vers sa source, vers l’oracle du Roi-diseur qui pourrait permettre d’inverser le cours de la guerre civile dans laquelle ils sont engagés.

Deux récits se croisent : celui de Fintan, barde et homme de confiance du capitaine Rana qui dirige l’expédition et celui de Manesh, qui se révèlera exceptionnel, né d’un être de légende et d’une mortelle.

Les personnages sont particulièrement soignés, notamment leur histoire et leur psychologie, qu’ils soient au premier plan ou pas : les personnages secondaires ne sont en effet pas interchangeables mais ont une identité propre et un rôle. Ils constituent l’un des grands points forts de l’ouvrage : on désire les connaître davantage, savoir qui ils sont, où ils vont et quels sont leurs desseins.

Deuxième grand point fort : le style ! L’auteur a particulièrement travaillé son texte et cela se ressent notamment dans des passages de descriptions très poétiques. Une très belle plume que l’on suivra avec un grand intérêt !

Manesh étant le premier tome de la trilogie « Les Sentiers des Astres », j’attends avec impatience le second tome, d’autant plus que le premier s’achève sur une situation très particulière !

Écouter Stefan Platteau parler de Manesh, c’est ici !

livre-manesh-1

Laisser un commentaire