Crache trois fois – Davide Reviati (Ici Même)

Un village italien, des gamins qui ont poussé au gré de leurs trouvailles, sont devenus une bande de potes qui ont tout partagé ou presque. Et Loretta, la fille de gitans, qui n’est jamais loin mais pas tout à fait là, qui intrigue et fout la trouille, et dont on se moque pour mieux se protéger. Davide Reviati signe un roman graphique très fort, navigant entre récit d’apprentissage et histoire du peuple rom, dans lequel il passe au peigne fin le rapport à la différence et le racisme ordinaire qui en découle trop souvent.

Les larmes du seigneur afghan – Campi, Zabu, Bourgaux (Dupuis)

Immersion dans le conflit afghan. En 2010, la reporter Pascale Bourgaux se rend une fois de plus en Afghanistan, dans un village au nord du pays où elle a tissé des relations depuis une dizaine d’années, dont une précieuse avec un seigneur de guerre. Elle constate avec sidération que malgré l’assise du bonhomme, le terrain est à deux doigts de se faire récupérer par les talibans. Une BD documentaire instructive. Une bonne entrée en matière pour aborder les conflits au Moyen-Orient et toute la difficulté d’y remédier.

La petite souriante – Zidrou et Springer (Dupuis)

Pep est éleveur d’autruches et cette nuit il a décidé de zigouiller sa bonne femme. C’est justement ce qu’il est en train de faire quand la BD commence, ça gicle un peu d’ailleurs sous l’œil torve des volatiles. La descente est rude lorsqu’il se voit accueilli dans sa cuisine l’air de rien par sa défunte épouse. Ambiance poisseuse dans cette BD qui tient de la série Z et ravira les amateurs du genre.

Omar le navigateur – Pedro Rodriguez (Les Aventuriers de l’Etrange)

De la piraterie pur jus dans ce récit mené tambour battant, avec de l’aventure, du mystère, du folklore, un morceau d’histoire du bassin méditerranéen qui était alors sous le joug de l’Empire Ottoman, et une solide histoire d’amitié face à l’épreuve du temps. Une BD d’aventure efficace qui s’adresse à un large lectorat dès 10 ans.

Carnation – Xavier Mussat (Casterman)

Une BD profonde et remuante sur les relations qui s’imbriquent jusqu’à l’asphyxie. L’objet est graphiquement fabuleux. On se pose un moment devant ce format épais. Et on y entre pour y rester.

La saga de Grimr – de Jérémie Moreau (Delcourt)

Au dix-huitième siècle, au cœur de l’Islande, le jeune Grimr voit toute sa famille disparaître dans l’explosion d’un volcan. Avec sa force surhumaine et un tempérament de fer, il va se forger un destin digne d’une saga, qu’un vieux poète bienveillant n’aura de cesse de garder la trace. Très belle BD, initiatique et sauvage.

America – de Nine Antico (Glénat)

Vous ne connaissez pas encore les héroïnes de Nine Antico ? Elles reviennent dans America pour une virée chez l’Oncle Sam. NickCarraway vous fait le topo.

Quelques jours à vivre (Delcourt)

Immersion dans un service de soins palliatifs. Xavier Bétaucourt et Olivier Perret ont partagé le quotidien des soignants de l’unité de soins palliatifs de l’hôpital de Roubaix et livrent un documentaire remarquable sur la prise en charge de la fin de vie.

Le loup en slip (Dargaud)

Un loup avec un slip blanc à rayures rouges, un beau slip qui prête plus à rire qu’à hurler, faisant capoter tous les stratagèmes mis en place pour le faire dégager fissa. Une histoire réjouissante entre BD, album et conte, dans le jus des Vieux fourneaux. A lire absolument, tous publics confondus.

La forêt des renards pendus

Rafael Juntunen décide se mettre à l’écart un moment, pour planquer un gros butin et en profiter généreusement à l’écart de toute convoitise et vieilles connaissances. Mais la montagne finnoise est loin d’être tranquille. Très bonne adaptation BD du roman de Arto Paasilinna, avec autant de verve et d’humour. A lire pour se prendre du bon temps.