Hiver rouge – Anneli Furmark (Ça et là)

Les années 70 dans une petite ville du nord de la Suède. L’histoire d’amour clandestine entre un homme et une femme qui n’ont pas intérêt à ce que ça se sache. Une BD chorale qui explore en subtilité le couple et l’emprise des positionnements sur les vies, les choix, les interprétations. C’est tout le talent de l’autrice de décrire le point de vacillement. Une approche vraiment intéressante.

Le corps est une chimère – Wendy Delorme (Au Diable Vauvert)

Wendy Delorme est universitaire, performeuse, activiste féministe queer, écrivaine. Pour ce quatrième roman, elle aborde ce qu’elle connaît bien et défend quotidiennement, les questions d’identité, de genre, de féminin-masculin.  A travers une galerie de personnages, elle parle des minorités en leur donnant corps, pointant qu’elles ne sont en rien des exceptions.

Souvenirs de la mer assoupie – Shin’ya Komatsu (Imho)

Dans un décor qui ressemble fort aux Cyclades, aux maisons blanches bordées par la mer, nous suivons les aventures d’une petite jeune fille, déambulant au gré des rencontres, qui revêtent toujours une dimension fantaisiste et onirique. Des histoires courtes dans lesquelles on croise un voyageur en parapluie qui dompte le vent, un phare qui se déplace joyeusement dans la ville, la vie ordinaire sort de son cadre et le quotidien bascule dans l’imaginaire.

Podcast de matrimoine littéraire avec Les Parleuses

Dans ce premier podcast des Parleuses, Ian Larue raconte avec beaucoup de verve et d’élan l’autrice de SF féministe James Tiptree (1915-1936), et plus largement la condition féminine et féministe, recontextualisée au milieu du 20ème siècle, et en regard de la question du genre, malheureusement plus que jamais d’actualité. Très instructif et captivant ! A découvrir !

Géant et le fâcheux rendez-vous – Rune Ryberb (Les Aventuriers de l’Etrange)

Ozzy et sa copine Donna pique-niquent tranquillement dans la forêt lorsqu’un monstre aux mille yeux s’invite, gobe la jeune fille et laisse le cher et tendre comme deux ronds de flans. Il va devoir mettre ses habituels costumes de trouillard et de souffre-douleurs au vestiaire, et tâcher de valoir son habituel sobriquet, Géant, pour tenter de sauver sa peau, celle de sa belle, voire même faire ami-ami avec des monstres dégoulinants.

Sudestada – Juan Saez Valiente (M. Lafon)

Buenos Aires. Lorsqu’un détective privé un peu véreux se retrouve à enquêter sur une chorégraphe de ballets, il ne s’attend pas à ce que sa vie en soit chamboulée à ce point, et va se surprendre à plus de délicatesse et de sensibilité qu’il ne l’aurait imaginé. Nous sommes à […]

Avec Bastien – Mathieu Riboulet (Verdier)

L’histoire de Bastien, garçon de la campagne épris de Nicolas parti trop tôt, et qui va toute sa vie combler ce manque par l’exploration des corps, l’histoire d’un enfant qui grandit, d’un adolescent devenu adulte, d’un garçon conscient de sa différence, de son attirance pour le même sexe, de sa force de caractère à assumer ses choix, de ses questionnements sur l’identité et la notion de genre. Très fort, très dur et très beau.

La mésaventure – Iwona Chmielewska (Format)

Une nappe de famille, brodée par la grand-mère, chérie par la mère, et tachée malencontreusement. Une tâche qui s’invite comme un caillou dans l’assiette, malheur qui se niche dans la culpabilité et la crainte, jusqu’à ce qu’il soit découvert et reçu avec un sourire bienveillant. La solution est dès lors […]

La lanterne de tonton – Wang Yage et Zhu Chengliang (HongFei)

Le Nouvel an chinois marque le début de la Fête du Printemps, un temps de fête populaire qui se déroule sur quinze jours et s’achève avec la fête des lanternes. Cet album célèbre la fête par le biais des émotions ressenties par les enfants, l’impatience, la joie, le partage. Un très bel album pour donner à voir le monde aux enfants. Dès 5 ans.

Animabilis – Thierry Murat (Futuropolis)

Hiver 1872. Un journaliste français foule les chemins enneigés du Yorshire pour faire la lumière sur d’étranges phénomènes inexpliqués. Accueil glacial par les habitants du cru, corneille qui veille, brebis décimées, sursauts moyenâgeux, légendes, rivalités, tête baissée nous entrons dans cette BD à l’atmosphère envoûtante.

Le Paris d’Apollinaire – Franck Balandier (Editions Alexandrines)

En 2015, les éditions Alexandrines inauguraient leur collection Le Paris des écrivains avec Marguerite Duras et Jean Cocteau, faisant se rejoindre littérature et flâneries, biographie et territoire. Ici nous allons à la rencontre de Guillaume Apollinaire, aux côtés de Franck Balandier, une biographie sélective par une fenêtre parisienne très riche qui s’avère aussi passionnante pour le curieux de passage que pour l’initié. 

Billy le menteur – de Keith Waterhouse (Editions du Typhon)

Dans une petite ville du Yorkshire, Billy Fisher ment à ne plus savoir comment il s’appelle. Jeune homme plein de contradictions, qui aime être pénard tout en se mettant dans des situations inextricables, plein de projets et d’envies tout en faisant preuve d’une incroyable force d’inertie, il incarne une époque sans le savoir, portant beaucoup plus de symboles qu’il ne pourrait l’imaginer. Du pur british working-class à (re)découvrir.

Camel Joe – Claire Duplan

Une jeune illustratrice imagine une super-héroïne pour combattre les agressions sexistes et les rapports hétéro-normés. Une BD féministe sympa, très actuelle, drôle, décapante et qui sonne juste, avec un côté riot grrl assez plaisant.

Par les rafales – Valentine Imhof (Rouergue)

Alex n’est pas banale, c’est le moins qu’on puisse dire. Jeune femme insaisissable, draguant la discrétion sans pour autant passer inaperçue, elle dissimule les fêlures et les restes de mauvaises rencontres sans pour autant s’en accommoder. Alors elle fait comme elle peut, répondant à un besoin viscéral de s’en libérer, quitte à laisser quelques corps inertes sur son passage. Un roman noir brut, subtil et dépaysant. Une pépite à ne pas laisser filer.