[Coulisses du blog] Revenir sur ce qu’on a écrit à travers l’article dont on est le plus fier

Cette semaine, pour les coulisses du blog, Mia nous met au défi de trouver l’article dont on est le plus fier en tant que blogueur. Je dis bien défi car il n’est pas évident d’être objectif vis à vis de son travail, et qui plus est sur près de 550 articles publiés, j’avoue ne pas avoir le courage de me lancer dans une rétrospective d’envergure…

15 titres de la rentrée littéraire à garder à l’oeil

Nous sommes déjà mi-octobre mais la rentrée littéraire n’est pas encore terminée puisque quelques titres viennent à peine de paraître, et sur 581 titres, tous ne sont pas encore prêts d’être lus d’ailleurs. De votre côté, vous avez sans doute déjà cédé à quelques tentations, découvert des pépites ou rencontré des déceptions. Vous cherchez peut-être maintenant à renouveler votre stock et il est donc plus que jamais le moment d’appâter vos sens avec une sélection de titres à ne pas laisser passer entre les mailles du filet.

La forêt des renards pendus

Rafael Juntunen décide se mettre à l’écart un moment, pour planquer un gros butin et en profiter généreusement à l’écart de toute convoitise et vieilles connaissances. Mais la montagne finnoise est loin d’être tranquille. Très bonne adaptation BD du roman de Arto Paasilinna, avec autant de verve et d’humour. A lire pour se prendre du bon temps.

Le dimanche des mères – de Graham Swift (Gallimard)

La campagne anglaise des années 20 avec ce dimanche des mères, congé annuel durant lequel les domestiques rejoignent leur famille. Cette journée de 1924 se dessinera autrement pour Jane, au point de représenter un véritable tournant dans sa vie, de manière à la fois sensuelle et tragique. Un roman qui devrait ravir les amateurs de littérature anglaise tendance historique romantique.

Quand sort la recluse – Fred Vargas (Flammarion)

Des grands-pères qui passent l’arme à gauche, sans lien apparent, mise à part cette piqûre. L’affaire n’en est pas une, et si c’était le cas, Adamsberg serait le dernier concerné. Sauf qu’il a mis le nez dessus et quand ça le taraude, on sait bien ce qu’il se passe. Du Vargas pur jus qui ravira les amateurs et les autres, même si c’est un peu surjoué par moment.

Pause estivale

Pause estivale. Passez un bon mois d’août et rendez-vous dans 3 ou 4 semaines (soyons fous) pour des tas de nouvelles envies, la rentrée littéraire, sans doute un sondage pour prendre la température de vos envies, peut-être même un concours… A bientôt.