Librairie Les villes invisibles (Clisson, Loire-Atlantique)

Si vous passez par le pays Nantais, une halte s’impose à Clisson, très chouette cité médiévale au charme fou où vous pourrez visiter, au gré de vos pérégrinations, le café-librairie Les villes invisibles, un incontournable à découvrir et fouiller, au parfait mélange de distraction, de palpitation et d’engagement. Tatiana Moroni nous en dit plus sur ce lieu qu’elle a repris il y a un peu plus d’un an, sa vision du métier, son goût du partage et de la découverte et ce qui l’anime.

La peau de l’ours 1+2 / Oriol & Zidrou (Dargaud)

Dans ce chouette diptyque, Zidrou et Oriol donnent à voir le grand banditisme par l’homme qui se planque derrière, par ce qui l’a mené là, comment les tripes se dressent et l’humanité se met au placard, sur les regrets, les remords, la fin qui guette et ses multiples visages.

Rose royal – Nicolas Mathieu (IN8)

Nicolas Mathieu a encore peu publié, mais s’est très vite fait remarqué. Premier roman adapté en série télévisée (Aux animaux la guerre), deuxième roman couronné par le Goncourt (Leurs enfants après eux), et ce troisième, novella glaçante qui pointe les violences conjugales, la perversion narcissique, l’ombre du féminicide planqué dans un coin de salon. Un diamant noir brut !

Le jardinier qui cultivait des livres – Nadine Poirier et Claude K. Dubois (D’eux)

Poésie, amour du livre et paternité au coeur de cet album tendre qui agit comme une bouffée d’air pur. L’histoire d’un jardinier conteur d’histoires, devenu solitaire par la maladresse des hommes, qui s’est refait un nid, à l’écart, avec un jardin à son image, où les histoires poussent au milieu des légumes. Jusqu’au jour où une fillette aussi isolée que lui se présente et tente de l’amadouer, d’apaiser ses craintes, pour qu’ils puissent grandir, ensemble. Un album aux allures de contes, dès 5 ans.

Payer la terre – Joe Sacco (Futuropolis)

Joe Sacco, reporter BD passionné et passionnant, a pour habitude de s’attaquer aux gros morceaux de l’Histoire du monde contemporain, ceux du genre pas simples à démêler, à vous coller la chair de poule. Après avoir épluché le conflit entre Israël et Palestine, l’Irak ou la guerre en Bosnie, il revient avec encore un gros morceau, sur la question des ethnies des territoires du Nord-Ouest canadien, juste au-dessous de l’Arctique, avec toute l’humanité, la puissance et le respect que l’on connaît de l’auteur.

Tout nu ! Le dictionnaire bienveillant de la sexualité (éd. du Ricochet)

N’y allons par quatre chemins, si vous avez un.e ado à la maison, achetez ce livre et laisser le trainer dans sa chambre. Myriam Daguzan Bernier a imaginé le livre qu’elle aurait voulu lire adolescente, et elle tombe juste, répondant simplement et sans fards aux questionnements que peuvent se poser les jeunes à un moment ou à un autre. Un texte qui vise l’inclusion, le vivre ensemble, le respect, mais aussi, et la curiosité et le plaisir. Un incontournable !

Un jardin de sable – Earl Thompson (Monsieur Toussaint Louverture)

Roman paru en 1970 aux Etats-Unis, best-seller subversif qui dépeint sans détour les laissés-pour-compte. L’Amérique des années 20-30, la Grande Dépression post crise de 1929, les années Roosevelt, les résidus de la Prohibition et de l’esclavage, sous le regard et le phrasé de Earl Thompson sont acides, empreints d’un réalisme tragique. Gros coup de coeur !

La fortune des Rougon – Emile Zola

Retour impromptu aux classiques pour moi sous l’impulsion bienheureuse de Moka et Fanny qui proposent que l’on se relise un classique par mois. Retour à Zola donc, pas lu depuis le lycée, avec ce premier volume des Rougon-Macquart, histoire de remettre un peu la généalogie familiale à plat. Condition sociale et humaine, moeurs, appât du gain, misère, mesquinerie, ivrognerie, retournage de veste, mais aussi revendications, ambitions tâtonnantes et amours contrariées, font le jus de ce roman fabuleusement naturaliste.

De pierre et d’os – Bérengère Cournut (Le Tripode)

Les Inuits ont longtemps parcouru le cercle Arctique, se déployant et se retrouvant, au fil des saisons, des réserves, des événements. Avec ce roman, nous y entrons par la survie d’une jeune fille retrouvée seule, séparée en pleine nuit de sa famille par la fissure de la banquise. Un récit initiatique rythmé par les chants gutturaux et poétiques qui nous plonge dans une parenthèse hors du temps.

Nouveau ! Une rubrique podcasts avec lectures à voix haute

Un peu de nouveau sur le blog, avec une rubrique Podcasts que vous trouverez dans le menu. Vous y trouverez à la fois des articles vous proposant d’écouter des podcasts littéraires, mais aussi l’actu de mon nouveau joujou, une « chaîne » d’écoute de lecture à voix haute. Découvrez notamment une micro-nouvelle de « vieille » SF « soft » de Fredric Brown, tendance Quatrième dimension. N’hésitez pas à donner votre avis. Et vous, quelle est votre pratique des podcasts ? Et de la lecture à voix haute ?

Joueuse – Benoît Philippon (Les Arènes)

Vous voyez les films noirs tendance mafia, arrières salles enfumées, méchants très méchants, politiques véreux et bluff à tous les étages ? Benoît Philippon en a fait le jus de son dernier roman, un polar efficace qui ne fait pas dans la dentelle, mais avec tout de même un petit coeur tendre planqué quelque part. Un polar très divertissant avec des dialogues truculents et des scènes juteuses. Par l’auteur de l’immanquable Mamie Luger ! A découvrir !

Les deux vies de Pénélope – Judith Vanistendael (Le Lombard)

« Je m’appelle Pénélope. Je ne tisse pas. Je n’attends pas. Je n’ai pas de fils. J’ai une fille. Dans une semaine, elle aura 18 ans. Je ne serai pas là. Cela fait quatre ans que je ne l’ai plus vue. Cette histoire est pour elle. » Très belle et touchante BD, qui fait le portrait d’une femme qui tangue entre son intense pratique en tant que chirurgienne humanitaire et sa vie de famille qu’on lui reproche de passer à la trappe. Un récit fort, qui interroge la figure de la femme, de la culpabilité généralement plus rugissante qu’au regard des hommes, et tout cela amené avec pudeur et justesse, chapeau !

Des Pastilles Antivirus pour contrer le confinement

Un collectif d’éditeurs jeunesse se mettent en quatre pour vous en mettre plein la vue pendant ce confinement qui s’étire. Retrouvez chaque jour leurs propositions. Lectures d’histoires, vidéos, coulisses de fabrication, coloriages et autres activités ludiques et pédagogiques. Découvrez-les !

Le jardin – Hye-Young Pyun (Rivages)

Après un accident de la route, un homme se retrouve paralysé. A sa sortie du coma, il est pris en charge par sa belle-mère, qui a perdu sa fille dans l’accident. Ogui se retrouve face à cette femme avec qui il n’a jamais eu de véritable interaction, et qui a également beaucoup perdu dans cet accident. Douleur partagée, proximité imposée, intimité bafouée, la belle-mère se montre de moins en moins chaleureuse au fil des jours, et curieusement très investie dans des travaux de jardinage impliquant notamment un énorme trou… Un roman d’atmosphère à lire d’une traite.

Cassandra Darke – Posy Simmonds (Denoël)

BD pur british avec de la vieille bique, du crime, du mystère, de la verve, de l’humour… Un grand moment ! « Ma mort idéale serait une oblitération silencieuse sous une neige épaisse. J’ai toujours aimé les paysages d’hiver, en art comme dans la nature, et ça ne me gênerait pas d’être une bosse en plus dans un tableau de Caspar David Friedrich. Evidemment, à la fonte des neiges, je finirais pas gâcher la journée de quelqu’un. Un fermier… des randonneurs… des exhibitionnistes… »

Senso – Alfred (Delcourt)

Un peu de chaleur et d’évasion en ces temps spéciaux, avec ce dernier album d’Alfred, encore une fois très réussi. L’histoire d’une rencontre entre deux inconnus, Germano et Elena, par hasard en off d’un mariage dans un coin d’Italie.

La vie hantée d’Anya – Vera Brosgol (Rue de Sèvres)

Anya a bien du mal à s’affirmer et à assumer ses origines russes dans sa vie de lycéenne américaine, jusqu’à une curieuse et inattendue rencontre, qui la fera envisager les choses autrement. Une BD efficace et qui se montre pleine de surprises, à destination des ados / adultes.